Cet article date de plus d'un an.

Près d'une centaine de migrants interceptés et ramenés en Libye alors qu'ils tentaient de traverser la Méditerranée

L'Organisation internationale de la migration affirme que les garde-côtes libyens ont reconduit ces hommes à terre, où ils ont été placés dans un "centre de détention", à l'image de nombreux autres en Libye.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des migrants tentent de traverser la Méditerranée au large de la Libye, le 19 janvier 2019. (FEDERICO SCOPPA / AFP)

A bord, il s'agissait d'hommes venus majoritairement du Soudan ou du Bangladesh. Les garde-côtes libyens ont intercepté, mardi 30 avril au soir en mer Méditerranée, une embarcation de fortune transportant 96 migrants, a annoncé mercredi 1er mai la marine nationale du pays.

"Une vedette des garde-côtes (...) a intercepté mardi un bateau pneumatique vétuste transportant 96 migrants clandestins. (...) Après avoir bénéficié d'aides humanitaires et médicales, ils ont été remis à l'Organe de lutte contre l'immigration clandestine et transportés au centre d'hébergement de Khoms", a affirmé la marine libyenne dans un communiqué.

"La Libye n'est pas une destination sûre"

L'Organisation internationale de la migration (OIM) a confirmé avoir mené des "contrôles médicaux" à leur débarquement et a affirmé que le centre d'hébergement cité par la marine était, dans les faits, un "centre de détention", à l'image de nombreux autres en Libye.

"Alors que nous nous assurons de leur apporter l'assistance nécessaire dans le centre de détention, nous réaffirmons que la Libye n'est pas une destination sûre et qu'il faut mettre fin aux détentions arbitraires", a déclaré la délégation de l'OIM en Libye sur son compte Twitter.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.