Cet article date de plus de quatre ans.

Migrants : Gérard Collomb condamne "les gesticulations" des identitaires

Samedi, des militants d'extrême droite se sont installés au col de l'Echelle, dans les Hautes-Alpes, pour "barrer la route aux migrants". Le ministre de l'Intérieur a condamné cette action tout en minimisant sa portée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le ministrede l'Intérieur Gérard Collomb, le 20 avril, à Paris, lors d'une cérémonie en hommage à Xavier Jugelé, policier tué sur les Champs-Elysées. (JULIEN MATTIA / NURPHOTO / AFP)

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a condamné, samedi 21 avril, à l'Assemblée nationale, "les gesticulations" du groupe d'extrême droite Génération identitaire. L'organisation revendiquait le matin même une action dans les Hautes-Alpes, au col de l'Echelle, pour bloquer l'arrivée des migrants

Alors que la présidente du groupe socialiste Valérie Rabault estimait que l'Etat ne réagissait pas assez fermement à cette opération, Gérard Collomb a répondu "qu'évidemment nous condamnons" mais "tomber dans le panneau de ces gesticulations, c'est faire une publicité à une force qui n'en est pas une".

Ne règne qu'une seule chose en France, l'ordre républicain que nous garantissons partout.

Gérard Collomb

"Des pitres un peu dérangés"

Mais sa réponse n'a pas satisfait tout le monde. Jean-Luc Mélenchon a relancé le ministre de l'Intérieur en affirmant que "c'est précisément parce que ce sont des pitres un peu dérangés qu'ils sont dangereux". "Delanoë s'était pris 7 coups de poignards à Paris, c'est votre devoir de nous protéger, et les migrants aussi", a lancé le leader de La France insoumise, qui avait fait l'objet de menaces de l'ultra droite. Gérard Collomb a assuré que ses "services surveillent avec une extrême attention tous ceux qui font partie de cette mouvance".

Sur les réseaux sociaux, nombre d'internautes, dont des élus et des militants associatifs, ont comparé la réaction du ministre de l'Intérieur face aux identitaires aux interventions des forces de l'ordre à Notre-Dame-des-Landes et dans les universités bloquées par les étudiants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.