Le Japon commence lentement à s'ouvrir aux migrants

Le Japon connaît actuellement une pénurie de bras. Une idée fait son chemin : recruter des réfugiés.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Cing est une réfugiée birmane, elle a été embauchée par une grande enseigne au Japon. "Pour l'instant, je veux rester dans cette entreprise et développer ma carrière. Elle ne semble pas prévoir d'ouvrir une boutique en Birmanie. "Si ça arrivait, ça me plairait vraiment de retourner en Birmanie", confie cette vendeuse de 31 ans.

20 migrants acceptés

En 25 ans, le taux de chômage n'a jamais été aussi faible (2,4% en janvier) et le nombre d'offres dépasse de loin les demandes (159 pour 100). Kurimi Shindo, responsable du développement durable à Uniqlo, estime que "les réfugiés parlent des langues étrangères comme le français ou l'anglais. Ils sont donc une main-d'œuvre précieuse". 20 000 migrants ont fait une demande d'asile en 2017. 20 ont été acceptés. Le temps d'attente peut être de quatre ans minimum.

Cing, réfugiée birmane embauchée au Japon
Cing, réfugiée birmane embauchée au Japon (FRANCEINFO)