Cet article date de plus de huit ans.

Faut-il ouvrir un centre d'accueil pour migrants à Paris ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 9 min
Faut-il ouvrir un centre d'accueil pour migrants à Paris ?
Faut-il ouvrir un centre d'accueil pour migrants à Paris ? Faut-il ouvrir un centre d'accueil pour migrants à Paris ? (France 3)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
France 3

Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris chargé du logement et de l'hébergement d'urgence, et Guillaume Larrivé, député Les Répuclicains de l'Yonne, sont invités dans le face à face à débattre sur l'accueil des migrants.

La situation des migrants à Paris suscite le débat. Après l'évacuation musclée d'un camp, lundi 8 juin dans le 18e, certains réclament un centre d'accueil. Ian Brossat, maire adjoint de Paris, chargé du logement (PCF) fait partie de ceux-là. "Il y a encore des migrants qui n'ont pas de solution d'hébergement et continuent de dormir dehors. Cette situation est à mes yeux insupportable". Pour lui, "les différentes évacuations ont conduit à une rupture de confiance entre les autorités publiques et les migrants qui ont, pour une partie d'entre eux, peur d'aller dans les centres d'hébergement."

"On ne réglera pas cette grande question à coup d'évacuations successives (...) Nous avons besoin aujourd'hui d'organiser la présence de ces migrants et d'éviter que cela se passe de manière totalement anarchique", conclut-il.

Une idée "qui n'est pas raisonnable"

De son côté, le député Les Républicains de l'Yonne, Guillaume Larrivé, trouve que cela "n'est pas du tout raisonnable". Il indique que "l'accueil des demandeurs d'asile coûte 2 milliards d'euros à la France selon la Cour des comptes".

"Lorsqu'une personne étrangère vient en France illégalement sans demander l'autorisation de la République elle ne doit pas séjourner en France. Il faut procéder à l'évacuation des campements illégaux et à des retours vers les pays d'origine". Enfin, il réclame aussi une vraie initiative internationale de la part de Manuel Valls qui devrait selon lui rencontrer Antonio Guterres, le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.