Crise migratoire entre la France et l'Italie : "Notre organisation collective n'est pas la bonne", estime Macron

Emmanuel Macron reçoit Giuseppe Conte pour tenter de clore une semaine de fortes tensions entre Paris et Rome, provoquées par la crise migratoire.

Giuseppe Conte et Emmanuel Macron, à l\'Elysée, à Paris, le 15 juin 2018. 
Giuseppe Conte et Emmanuel Macron, à l'Elysée, à Paris, le 15 juin 2018.  (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Après plusieurs jours de tensions entre la France et l'Italie sur la gestion de la crise migratoire et le sort des migrants de l'Aquarius, le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, est arrivé à Paris, vendredi 15 juin, pour un déjeuner de travail avec Emmanuel Macron à l'Elysée. 

Entre Paris et Rome, la tension est retombée.  Emmanuel Macron et Giuseppe Conte se sont employés, jeudi, à faire retomber la pression. Les deux dirigeants ont confirmé la tenue de cette rencontre sur laquelle planait une menace d'annulation. Et ils ont convenu de la nécessité de mettre au point de nouvelles initiatives en vue du conseil européen de fin juin.

Un dossier brûlant. La question de l'accueil des migrants est devenue une source de crispations régulières entre Paris et Rome. Avant même l'arrivée au pouvoir à Rome d'un nouveau gouvernement d'alliance entre les anti-système et l'extrême droite, l'Italie se plaignait depuis plusieurs années de devoir gérer seule la crise migratoire. Rome a appelé ses partenaires européens à une plus grande solidarité.

La réforme de la zone euro en toile de fond. Au-delà de la crise migratoire, Emmanuel Macron et Giuseppe Conte, qui tiennent une conférence de presse commune vers 14h45, aborderont également l'agenda bilatéral et la réforme de la zone euro en vue du Conseil européen des 28 et 29 juin à Bruxelles, selon l'Elysée. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

00h11 : Il est minuit passé, l'heure d'un dernier point sur l'actualité de ce vendredi :

Le match entre l'Espagne et le Portugal s'est terminé sur un nul (3-3), après un incroyable triplé de Cristiano Ronaldo. Retrouvez tout ce qu'il faut retenir de cette deuxième journée de Coupe du monde dans notre article.

• La justice a ordonné l'ouverture d'un procès pour "harcèlement moral" contre France Telecom et son ancien PDG, Didier Lombard, dans l'affaire de la vague de suicides de salariés au sein de l'entreprise à la fin des années 2000.


Alors que l'Aquarius est en route pour l'Espagne, Emmanuel Macron a reçu le président du Conseil italien, Giuseppe Conte. Les deux dirigeants ont appelé à une "réponse collective européenne" à la question des migrants.


• La CGT Cheminots a annoncé ce matin que son syndicat prolongerait en juillet son appel à la grève, soit au-delà de la dernière journée de mobilisation prévue, le 28 juin.

Vous pouvez retrouver tous nos articles ici. Ce live est terminé pour ce soir, il reprendra demain à 9 heures.

17h47 : Le refus de l'Italie d'accueillir l'Aquarius a provoqué la colère de l'eurodéputé belge Philippe Lamberts. "En déshumanisant les migrants pour justifier l’Europe forteresse, ce sont nos valeurs fondamentales que nous foulons au pied", s'est énervé l'écologiste lors d'une session au Parlement, hier.

(BRUT)

16h47 : Pendant ce temps, le périple de l'Aquarius continue dans la Méditerranée. Le bateau de SOS Méditerranée fait route vers Valence, en Espagne, comme le montrent ces images.

(AP)

16h59 : Les deux dirigeants appellent à une "réponse collective européenne" à la question des migrations, pour éviter qu'il n'y ait d'autres cas comme celui de l'Aquarius. La conférence de presse de Giuseppe Conte et Emmanuel Macron est désormais terminée.

16h31 : "Quand un bateau en situation de crise humanitaire arrive dans nos eaux, nous en avons la charge. Mais il ne faut pas être hypocrite, notre situation géographique n'est pas la même que celle de l'Italie."

16h31 : Emmanuel Macron assure que la France "assumera ses responsabilités" si elle se retrouve dans un cas similaire à celui de l'Italie avec l'Aquarius.

16h59 : Les deux dirigeants sont interrogés sur le refus de l'Italie d'accueillir l'Aquarius, avec 629 migrants à son bord. Giuseppe Conte assure que la situation a été gérée "collectivement" et que Rome "continuera à faire preuve de flexibilité" si un cas similaire se reproduit.

16h23 : Emmanuel Macron estime par ailleurs que "la priorité" est de se pencher sur la question des migrants qui restent dans le pays européen où ils se trouvent alors qu'ils se sont vu refuser le droit d'asile. "Nos politiques ne sont pas efficaces sur ce sujet", ajoute le président de la République.

16h21 : Sur la question de la migration économique, Emmanuel Macron préconise de "démanteler les réseaux de passeurs" et de "renvoyer ces personnes dans leur pays d'origine".

16h21 : "Nos deux pays reconnaissent le droit d'asile. Cela veut dire que nous protégeons quiconque vient d'un pays où sa vie est menacée. (...) Aucun d'entre nous ne remet en cause le droit d'asile. Mais il faut faire la distinction (...) avec ceux qui quittent leur pays pour des raisons économiques. (...) Sur ce sujet, nous ne pouvons pas accueillir tout le monde."

16h18 : "Aussi longtemps que nous travaillons ensemble sur des questions concrètes, pour apporter une réponse humanitaire (...) et de protéger ensemble, nous avançons ensemble."

(FRANCEINFO)

16h16 : Un journaliste interroge Giuseppe Conte et Emmanuel Macron sur les tensions qui les ont opposés autour de l'Aquarius. "Nous avons géré ce moment de difficulté avec une grande concertation. Avec Emmanuel Macron, nous avons une entente parfaite, assure le chef du gouvernement italien. Le fait que je sois ici aujourd'hui est la réponse la plus éloquente à votre question."

16h14 : "Nous devons trouver des règles qui permettent plus de solidarité pour aider les pays de première entrée des migrants, pour que ces pays ne payent pas leur position géographique. (...) Mais aussi de la solidarité lorsque ces personnes se déplacent dans l'espace Schenghen."

18h42 : "Le deuxième pilier est de renforcer Frontex (...) car l'arrivée de ces migrants ne peut être uniquement à la charge des pays qui les accueillent sur ses côtes. Il faut un investissement massif."

16h11 : "Le premier pilier de l'action que nous voulons mener sur la question de l'immigration, c'est de mieux protéger les migrants. (...) Je suis favorable à ce que nous renforcions nos actions pour mieux sécuriser les côtes de la Méditerranée à tous égards. (...) Mais aussi de renforcer les coopérations humanitaires."

16h08 : Giuseppe Conte annonce un sommet bilatéral. Il se tiendra "à l'automne" à Rome, pour "renforcer la coopération" entre la France et l'Italie.

(FRANCEINFO)

16h05 : Sur la question de la zone euro, Giuseppe Conte préconise de renforcer "la gouvernance" de la zone euro.

16h04 : "Personne en Europe ne peut se laver les mains de la question migratoire. (...) Nous devons renforcer la lutte contre tous les passeurs qui tirent des bénéfices de cette traite humaine."

18h41 : "Les règles de Dublin doivent absolument changer. (...) Nous devons renforcer, au niveau européen, la relation avec les pays d'origine et de transit des migrants. Nous devons prévenir ces voyages de la mort."

16h06 : "Le moment est venu de tourner la page. (...) Les événements montrent que le temps est venu de changer de stratégie [sur la question migratoire]."

16h01 : "Je souhaite très profondément que, dans les prochains mois, la France et l'Italie travaillent main dans la main pour (...) porter des initiatives européennes concrètes sur ces deux sujets que sont les migrations et le développement de la zone euro."

15h59 : Outre la question des migrants, Emmanuel Macron et Giuseppe Conte ont également évoqué la question de l'avenir de la zone euro.

15h57 : "Nous souhaitons avancer dans les prochains mois, avec nos partenaires, sur le système de Dublin. (...) Le système par quotas [de migrants] n'est pas satisfaisant."

16h08 : "L'immigration et la zone euro sont un test pour l'Europe et pour notre pays. (...) Sur la question de l'immigration, la réponse ne peut pas être nationale, elle doit être européenne. Mais la réponse européenne actuelle n'est pas la bonne."

(FRANCEINFO)


15h49 : Après plusieurs jours de tensions entre la France et l'Italie sur la gestion de la crise migratoire et le sort des migrants de l'Aquarius, Emmanuel Macron et Giuseppe Conte donnent une conférence de presse commune à l'Elysée. Regardez la en direct.

15h48 : Regardez en direct la conférence de presse commune d'Emmanuel Macron et Giuseppe Conte après les tensions entre la France et l'Italie.

13h49 : Pendant ce temps, sur Twitter, Médecins du monde reproche au gouvernement français de ne pas avoir proposé d'accueillir les migrants de l'Aquarius. Selon l'ONG, le bateau de SOS Méditerranée est passé à seulement 7 km de la Corse, avant de poursuivre sa route en direction de Valence (Espagne).

13h48 : Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, est arrivé à l'Elysée. Il doit déjeuner avec Emmanuel Macron avant que les deux hommes donnent une conférence de presse commune, à 14h30. Ils devraient notamment évoquer la question des migrants et de l'Aquarius.

(LUDOVIC MARIN / AFP)

10h19 : Edouard Philippe s'est "réjoui" aujourd'hui "des échanges qui seront d'une grande densité" entre Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte, après une semaine de tensions entre Paris et Rome en raison de la crise migratoire. Les deux leaders politiques vont se retrouver pour un déjeuner de travail.

08h43 : "Nous avons dit à l'Espagne qu'on était prêts à les aider", assure sur Radio Classique Edouard Philippe à propos du sort du bateau Aquarius. "Les Espagnols veulent l'accueillir et si certaines personnes peuvent bénéficier du statut du droit d'asile, nous étudierons leurs cas", ajoute le Premier ministre.