Camion frigorifique de Londres : les enquêteurs sur la piste d'un réseau de passeurs vietnamiens

Deux semaines après la découverte de 39 corps à bord d'un camion frigorifique près de Londres, les autorités britanniques attendent toujours les résultats des tests ADN. Les victimes sont "probablement vietnamiennes", selon Scotland Yard. Huit personnes ont été interpellées au Vietnam.

Le camion frigorifique, dans lequel 39 corps ont été découverts le 23 octobre 2019, évacué par la police britannique.
Le camion frigorifique, dans lequel 39 corps ont été découverts le 23 octobre 2019, évacué par la police britannique. (BEN STANSALL / AFP)

Les huit personnes arrêtées cette semaine sont suspectées d'être impliquées dans un réseau de passeurs. Une filière vietnamienne décrite par un policier haut placé comme "un monde à part", silencieux et extrêmement bien organisé. Les migrants sont pour l'essentiel "des pêcheurs, agriculteurs, petits commercants issus de provinces pauvres du Vietnam", détaille Nadia Sebtaoui, membre de l' ONG américaine Pacific Links Fondation. "La seule solution pour eux est de partir en Europe pour obtenir un job et être correctement payés, et ainsi subvenir aux besoins de l'ensemble de leurs familles."

De Hanoï à Londres via Moscou

Le trajet est souvent le même : un vol en avion de Hanoï à Moscou, avec un visa tourisme. Puis un long trajet à pied et en camion à travers l'Europe, pour enfin rejoindre le Royaume-Uni. Violaine Husson, de la Cimade, a travaillé avec des mineurs vietnamiens, placés en rétention après leur arrestation en France. Ils lui ont raconté : "La plupart d'entre eux se rendaient en Angleterre, pour devenir jardiniers et, pour les filles, travailler dans des salons d'onglerie et de massage. On a découvert que ces enfants étaient en fait attendus notamment pour travailler dans des fermes à cannabis."

Des migrants adultes aussi se retrouvent exploités dans ces maisons où le cannabis est cultivé clandestinement, sous des lampes chauffantes. Ils espèrent ainsi rembourser une dette de voyage de plusieurs dizaines de milliers d'euros. Quant aux risques pris en montant à bord de camions frigorifiques, à Calais notamment, ils n'ont pas vraiment le choix, commente encore une source policière : les passeurs ordonnent, ils obéissent.

Le reportage de Julie Pietri
--'--
--'--