Cet article date de plus de six ans.

Merkel plaide pour la paix en Ukraine

Angela Merkel était en visite en Ukraine, où elle a défendu l'importance de l'intégrité territoriale du pays face à Moscou alors que les tensions sont vives dans l'est du pays.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Angela Merkel a été reçue par le président ukrainien Petro Porochenko à Kiev © REUTERS / Gleb Garanich)

 Angela Merkel, en visite à Kiev, a appelé ce samedi au respect de l'intégrité territoriale de l'Ukraine et mis en garde la Russie contre de nouvelles sanctions.

La visite de la chancelière était doublement symbolique : elle a eu lieu à la veille de la journée de l'Indépendance ukrainienne, et au lendemain de l'entrée dans le pays de près de 300 camions russes, chargés selon Moscou d'aide humanitaire pour le bastion séparatiste de Louhansk. Un convoi très critiqué par la communauté internationale, qui craignait notamment que les Russes l'utilisent pour apporter de l'aide aux rebelles de l'est de l'Ukraine, ainsi que par Kiev, qui a dénoncé une "invasion directe ".

Un fonds spécial de reconstruction

Interrogée sur la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en mars, Angela Merkel a jugé le rattachement "illégal ", ajoutant que si l'Europe reconnaissait les actions de Moscou comme légitimes, l'intégrité territoriale de tous les pays européens serait menacée.

La chancelière et le président ukrainien Petro Porochenko ont annoncé la création prochaine d'un fonds spécial de 500 millions d'euros pour aidée à la reconstruction du bassin minier de l'est de l'Ukraine, ravagé par le conflit entre les rebelles prorusses et l'armée ukrainienne.

La situation continue de se dégrader pour les civils sur le terrain, autour des bastions rebelles : au moins six civils ont été tués ce samedi dans des bombardements à Donetsk, et les habitants de la ville de Louhansk, assiégée par les forces ukrainiennes, sont privés d'eau et d'électricité depuis trois semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.