Pendant l'état d'alerte terroriste à Bruxelles, le roi Philippe était dans un palace breton

C'est ce que "Le Canard enchaîné" dans son numéro du mercredi 2 décembre. Photo du souverain en peignoir à l'appui.

Le roi des Belges, Philippe, le 30 novembre 2015 à Bruxelles (Belgique).
Le roi des Belges, Philippe, le 30 novembre 2015 à Bruxelles (Belgique). (LAURIE DIEFFEMBACQ / BELGA MAG / AFP)

Le roi Philippe en peignoir, un livre à la main et sirotant un jus de fruits. Le souverain belge était en villégiature dans un palace breton, alors que Bruxelles (Belgique) était en état d'alerte maximale face à la menace terroriste. C'est ce que révèle, photo à l'appui, Le Canard enchaîné, dans son numéro du mercredi 2 décembre.

"Le Canard est heureux de rassurer le peuple belge : non, leur souverain ne s'est pas sauvé", lance l'hebdomadaire. "Alors que son royaume était en état d'alerte et que ses sujets le réclamaient, Philippe de Belgique s'offrait une petite thalasso à Quiberon", ajoute Le Canard enchaîné.

Une "escapade" à la "charge personnelle du roi"

"Dès le relèvement de la menace sur le territoire, il était constamment en contact avec les autorités belges", a indiqué le Palais royal, interrogé par Le Canard enchaîné. "Cette escapade, 'à la charge personnelle du roi', a été écourtée afin de permettre à Philippe de 'rentrer anticipativement en Belgique'", précise Le Canard, citant le porte-parole du Palais. Bruxelles est restée en état d'alerte maximale, au niveau 4, du 21 au 26 novembre, dans la crainte d'une réplique des attentats de Paris.

Le roi est réapparu le 23 novembre. Son bref séjour, le week-end des 21 et 22 novembre, était "prévu de longue date", a précisé Pierre-Emmanuel De Bauw, chargé de la communication du Palais, à l'AFP. Au moment où le niveau d'alerte a été relevé en Belgique, le roi a été immédiatement en contact avec le Premier ministre, Charles Michel, et des membres du conseil de sécurité, "contacts qu'il n'a jamais interrompus", a-t-il ajouté.