Russie : l'opposant Evguéni Roïzman échappe à la prison et écope d'une amende pour avoir critiqué la guerre en Ukraine

L'ancien maire d'Ekaterinbourg est considéré comme l'une des dernières grandes figures de l'opposition à être restée en Russie et à avoir, pour l'instant, échappé à une lourde peine de prison.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'opposant Evguéni Roïzman devant la cours de justice à Ekaterinbourg, en Russie, le 18 mai 2023. (ANNA YURIEVA / AFP)

Une punition légère dans un contexte de répression implacable. Un tribunal russe a condamné, vendredi 19 mai, l'opposant Evguéni Roïzman à payer une amende pour ses critiques sur l'offensive de Moscou en Ukraine.

L'ancien maire très populaire d'Ekaterinbourg, grande ville de l'Oural, a été reconnu coupable d'avoir "discrédité" l'armée russe et condamné à payer une amende de 260 000 roubles (environ 3 000 euros au taux de change actuel), soit ce qu'avait requis le procureur, selon les agences de presse russes.

Evguéni Roïzman est également soumis à plusieurs restrictions, dont l'interdiction d'utiliser Internet et de donner des interviews, jusqu'à la confirmation de sa condamnation en appel ou après épuisement du délai pour déposer des recours.

"C'est vraiment très peu"

La condamnation de l'ancien édile âgé de 60 ans à une simple amende surprend, alors que d'autres opposants de premier plan ou des Russes anonymes ont écopé de lourdes peines de prison sur la base d'accusations similaires. "C'est vraiment très peu, ce qu'ils demandent", a dit Evguéni Roïzman.

L'ex-élu était accusé d'avoir "discrédité" l'armée russe dans une vidéo qu'il avait publiée sur YouTube en juillet 2022, dans laquelle il critiquait la guerre en Ukraine. Il risquait jusqu'à cinq ans de prison, en vertu d'une loi adoptée en Russie dans la foulée du lancement de l'offensive en Ukraine fin février 2022, un texte répressif qui a récemment encore été durci.

Evguéni Roïzman, qui a dirigé Ekaterinbourg, ville de 1,5 million d'habitants, entre 2013 et 2018, est considéré comme l'une des dernières grandes figures de l'opposition à être restée en Russie et à avoir, pour l'instant, échappé à une lourde peine de prison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.