Guerre en Ukraine : trois questions sur le missile hypersonique que la Russie dit avoir utilisé lors d'une frappe

L'armée russe affirme avoir utilisé ce missile, qualifié d'"invincible" par Vladimir Poutine, pour frapper un entrepôt souterrain en Ukraine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un avion d'interception russe MiG-31 transportant un missile Kinjal, lors d'une parade militaire à Moscou, le 9 mai 2018. (AFP)

Un recours annoncé comme une première. L'armée russe a assuré, samedi 19 mars, avoir tiré un missile hypersonique en Ukraine, une arme qualifiée d'"invincible" par Vladimir Poutine. Elle a été utilisée pour détruire un entrepôt souterrain de missiles et de munitions de l'aviation de l'armée ukrainienne dans la localité de Deliatine, dans l'ouest de l'Ukraine, à seulement une soixantaine de kilomètres à vol d'oiseau de la frontière roumaine.

>> Guerre en Ukraine : suivez notre direct

De son côté, le porte-parole des forces aériennes ukrainiennes a confirmé que "l'ennemi a effectué des frappes contre nos dépôts (...) Il y a eu des dommages, des destructions, des détonations de munitions". Que sait-on de ce type d'arme ? Pourquoi la Russie l'utilise-t-elle ? Eléments de réponse.

1Quelles sont les caractéristiques de ce missile ?

Le missile hypersonique utilisé par la Russie en Ukraine s'appelle Kinjal, "poignard" en russe. D'un poids de 4 tonnes et long d’environ 7,4 mètres, il équipe notamment les avions de chasse MiG-31. "Les armes hypersoniques sont beaucoup plus rapides que les missiles de croisière ou missiles balistiques traditionnels", explique à franceinfo Héloïse Fayet, chercheuse au centre des études de sécurité de l'Institut français des relations internationales (Ifri). "Les missiles hypersoniques ont également de plus grandes facilités à changer de trajectoire au cours de leur progression vers la cible."

Largué depuis un avion, un missile Kinjal va commencer à avoir une trajectoire en cloche, puis va se diriger vers sa cible à une vitesse pouvant atteindre, selon Moscou, Mach 10, soit 12 000 km/h. Sa manœuvrabilité le rend ainsi extrêmement difficile, voire impossible à intercepter, même si certains experts militaires occidentaux estiment que la Russie peut exagérer sur les capacités de cette arme.

Testés en 2018 par la Russie, les missiles Kinjal ont atteint lors des essais toutes leurs cibles à une distance pouvant atteindre 1 000 à 2 000 km, selon le ministère russe de la Défense. Ces armements hypersoniques sont capables d'échapper à des systèmes de défense comme le bouclier antimissile américain en Europe. Outre le Kinjal, la Russie détient l'Avangard, missile hypersonique capable d'atteindre 27 fois la vitesse du son, ou encore le Poseidon, un drone sous-marin qui peut se déplacer à une vitesse de 60 à 70 nœuds (111 à 129 km/h).

2Que cherche à faire la Russie à travers son utilisation ?

Pour le moment, la Russie n'a pas détaillé les raisons de l'utilisation du Kinjal. Pour la chercheuse Héloïse Fayet, l'arme est "démesurée" par rapport à la cible, et l'armée russe aurait pu se contenter d'un missile balistique classique comme l'Iskander, utilisé depuis le début du conflit. "On peut imaginer que le Kinjal est utilisé en raison d'un épuisement des stocks de missiles de courte et de moyenne portée traditionnels", envisage-t-elle.

Autre supposition : montrer que la Russie est bien présente sur le terrain, alors que son armée ne semble pas encore avoir la maîtrise totale du ciel après 23 jours de guerre, et que la défense antiaérienne ukrainienne parvient encore à infliger des pertes à Moscou.

"Les Russes peuvent vouloir montrer qu'ils ont des armes encore plus puissantes en réserve. C'est une façon de durcir le ton."

Héloïse Fayet, chercheuse à l'Ifri

à franceinfo

"Pour la Russie, l'objectif est de rappeler qu'elle a certains armements uniques au monde. En termes de puissance, de démonstration, c'est de la communication et c'est une réponse aux Etats-Unis qui veulent fournir des systèmes de défense antiaériens" à l'Ukraine, ajoute Xavier Tytelman, expert militaire, auprès de France 2.

De plus, le missile Kinjal est une arme duale. Elle peut avoir une charge conventionnelle ou une charge nucléaire. La frappe de l'entrepôt souterrain de Deliatine a été conventionnelle, mais elle pourrait permettre de raviver la menace nucléaire entretenue par la Russie.

Dernière hypothèse : vérifier simplement si le missile fonctionne bien. Après une mise en service en 2018, c'est la première fois que le Kinjal est employé dans des conditions opérationnelles, selon Moscou.

3Cette utilisation peut-elle marquer un tournant dans la guerre ?

Pour l'expert militaire russe Pavel Felgenhauer, le recours au Kinjal ne donne pas un avantage stratégique à la Russie en Ukraine. "Sur le fond, ça ne change pas le champ de bataille, mais c'est certain que cela a un effet sur le plan de la propagande psychologique, pour faire peur à tout le monde", dit-il à l'Agence France-Presse. 

Une analyse partagée par Héloïse Fayet. "C'est davantage un vecteur de communication de l'armée russe pour contrer tout ce qu'on a pu lire sur son embourbement dans le conflit qu'une évolution stratégique", estime-t-elle. 

"Il n'est pas sûr que les pays occidentaux réagissent à une unique utilisation. En revanche, si le Kinjal est à nouveau employé dans la guerre, ça sera beaucoup plus significatif."

Héloïse Fayet, chercheuse à l'Ifri

à franceinfo

Car si la Russie est le premier pays au monde à avoir développé des armements hypersoniques, leur mise en service a conduit d'autres Etats à accélérer leurs programmes hypersoniques, entraînant une course aux armements dans ce domaine. La Chine a déjà testé de telles armes. D'autres pays, comme les Etats-Unis ou la France, continuent de les développer.

Les véritables enjeux des armes hypersoniques dépassent "très largement les questions techniques", rappelle le rédacteur en chef de la revue Défense et Sécurité internationale, Joseph Henrotin, dans une note pour l'Ifri rédigée en 2021. Plus que leur vitesse, c'est leur capacité à changer de direction à tout moment qui pourrait changer les règles des conflits, "revalorisant la surprise, brutalisant les cycles décisionnels, brouillant les perceptions et accroissant la liberté d'action des Etats", met-il en garde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.