Guerre en Ukraine : pourquoi les combattants venus de Tchétchénie inquiètent

Le dirigeant de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a annoncé avoir envoyé des combattants sur le terrain en Ukraine pour aider les soldats russes.

Article rédigé par
Sarah Calamand - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le préisent russe Vladimir Poutine (à gauche) et Ramzan Kadyrov, leader de la Tchétchénie, lors d'une rencontre à Moscou le 31 août 2019. Photo d'illustration. (ALEKSEY NIKOLSKYI/SPUTNIK/KREMLIN POOL / SPUTNIK POOL)

Dans ses attaques contre l'Ukraine, Vladimir Poutine peut compter sur la fidélité de la Tchétchénie. Le leader de cette république russe, Ramzan Kadyrov, a mobilisé selon lui, plusieurs dizaines de milliers hommes. Un chiffre de 70 000 hommes est avancé mais il est difficile à vérifier. Ces membres de la Rosgvardia sont officiellement dédiés au maintien de l’ordre, mais font, par extension, partie de l'armée russe : la Tchétchénie fait en effet partie de la fédération de Russie.

>> Guerre en Ukraine : la Turquie et la Serbie, deux pays à l'attitude ambigüe avec la Russie

Avec cette mobilisation, Ramzan Kadyrov met en scène sa puissance et joue sur la réputation de ses troupes. Depuis les guerres de Tchétchénie, ils sont vus comme des soldats ultra violents, des tortionnaires. Une image qui reste. “J’ai le souvenir d’Ukrainiens m’ayant dit avoir vu des Tchétchènes en 2014 [au début de la guerre du Donbass] et d’avoir été sous le choc de l’armement, de la préparation et de la violence de ces combattants, raconte Anne Le Huerou, maîtresse de conférences à l'Université Paris-Ouest-Nanterre et spécialiste des conflits post-soviétiques. Les Tchétchènes, effectivement, n’ont peur de rien. Pour les Ukrainiens, c’est une crainte supplémentaire.”

Ramzan Kadyrov a déjà montré sa puissance vendredi 25 février, en rassemblant ses troupes à Grozny, la capitale de la Tchétchénie. Il s'est également adressé au président ukrainien, Voloddymir Zelensky, en lui recommandant de présenter ses excuses à Vladimir Poutine. Cette loyauté sans faille n'est pas surprenante, la Tchétchénie fait partie de la Russie. Mais Anne Le Huerou y voit un agenda propre à Ramzan Kadyrov.

"Le fait qu’il se soit mobilisé n’est pas surprenant parce qu’il s’était déjà mobilisé en 2014, toujours avec cette idée de montrer sa loyauté et montrer la force qu’il représenterait si jamais le pouvoir central de Moscou n’était plus loyal à son égard. Il y a en permanence ce jeu-là."

Anne Le Huérou, Université Paris-Ouest-Nanterre

à franceinfo

Une démonstration de force, donc, sans que l'on sache vraiment quel rôle vont jouer ces soldats tchétchènes dans le conflit ni jusqu'ou il sont prêts à aller. Deux soldats tchétchènes sont morts et six ont été blessés en Ukraine, a annoncé mardi 1er mars sur Telegram, Ramzan Kadyrov. "Malheureusement, il y a déjà des pertes parmi les natifs de la République tchétchène. Deux sont morts (que Dieu pardonne leurs péchés), six autres ont été blessés à des degrés divers", a annoncé le leader autoritaire.

Guerre en Ukraine : pourquoi les combattants venus de Tchétchénie inquiètent. Le reportage de Sarah Calamand
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.