Guerre en Ukraine : la polémique enfle après les propos de l'ambassadeur chinois

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Guerre en Ukraine : la polémique enfle après les propos de l'ambassadeur chinois -
Guerre en Ukraine : la polémique enfle après les propos de l'ambassadeur chinois Guerre en Ukraine : la polémique enfle après les propos de l'ambassadeur chinois - (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - A. Portron
France Télévisions
franceinfo
Après les déclarations de Lu Shaye, les représentants des pays baltes ont fait entendre leur mécontentement. Emmanuel Macron s'est également positionné contre ces affirmations.

Les réactions mouvementées de ces derniers jours ont poussé le gouvernement chinois s'exprimer. "La Chine respecte la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité de tous les pays et protège les objectifs et les principes de la charte des Nations Unies", a déclaré Mao Ning, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Une déclaration d'apaisement qui ressemble à un mea culpa, quatre jours après les propos tenus par son ambassadeur en France. Invité, vendredi 21 avril, sur un plateau de télévision, Lu Shaye s’est livré à une relecture de l'histoire, remettant en cause la souveraineté des pays de l'ex URSS : "Ils n'ont pas le statut effectif dans le droit international parce qu'il n'y a pas d'accord international pour concrétiser leur statut de pays souverain".

Emmanuel Macron répond

Une petite phrase au grand retentissement. Les pays baltes, premiers concernés, crient haro et demandent des explications. En déplacement en Belgique, lundi 24 avril, Emmanuel Macron a dénoncé les propos du diplomate chinois : "Nous connaissons l'histoire et nous sommes attachés aux frontières internationalement reconnues. Je me garderai, dans les moments que nous vivons, d’affaiblir cette position". Invité au Quai d'Orsay, Lu Shaye s'est entretenu avec Catherine Colonna. Une entrevue prévue de longue date, mais qui a permis à la ministre des Affaires étrangères d’afficher sa fermeté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.