Guerre en Ukraine : la Russie frappe à nouveau la région d'Odessa, Kiev dénonce la destruction "délibérée" de "60 000 tonnes de céréales"

Ces frappes ont eu lieu trois jours après la fin de l'accord qui permettait à l'Ukraine d'exporter ces céréales par la mer Noire.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un bateau chargé de livrer des céréales ukrainiennes au Kenya et en l'Éthiopie, le 18 février 2023 dans le port de Tchornomorsk, dans la région d'Odessa (Ukraine). (OLEKSANDR GIMANOV / AFP)

Le feu a de nouveau plu sur la région d'Odessa. Pour la deuxième nuit consécutive, du mardi 18 au mercredi 19 juillet, la Russie a effectué des frappes dans la zone de ce port stratégique situé sur la mer Noire. Volodymyr Zelensky a aussitôt accusé Moscou de "délibérément" cibler les infrastructures utilisées pour les exportations de produits agricoles.

>> Guerre en Ukraine : suivez les derniers développements du conflit dans notre direct

Selon le ministère chargé de la Reconstruction de l'Ukraine, "les terminaux céréaliers et les infrastructures portuaires" des ports d'Odessa et de Tchornomorsk ont été attaqués. Le gouverneur de la région a en outre fait état de 12 blessés.

Le cours des céréales en hausse

Malgré l'expiration de l'accord céréalier, le président Volodymyr Zelensky a affirmé être déterminé à poursuivre les exportations maritimes. Cette déclaration avait provoqué mardi une mise en garde russe contre "les risques" encourus dans ce corridor maritime où n'existe plus aucune "garantie de sécurité", avait averti Moscou. La Russie est allée plus loin mercredi, assurant qu'elle considèrerait dès jeudi les navires se rendant vers l'Ukraine en mer Noire comme de "potentiels bateaux militaires". "Les pays du pavillon de ces navires seront considérés comme parties prenantes du conflit", a en outre prévenu le ministère russe de la Défense.

La suppression du couloir pour les exportations céréalières ukrainiennes et l'intensification des attaques ont en tout cas déjà fait grimper les cours des céréales. Les prix du maïs et du blé ont augmenté de 5% en deux jours, même s'ils restent encore éloignés des pics du printemps 2022, après le début de l'invasion russe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.