Guerre en Ukraine : des bombardements russes font au moins huit morts dans la ville portuaire d'Odessa, selon Kiev

D'après le président ukrainien, "sept missiles ont visé Odessa", dont un qui "a touché un immeuble d'habitations" et "deux qui ont été abattus" par le système de défense antiaérienne ukrainienne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une barricade est installée dans le centre-ville d'Odessa (Ukraine), le 4 avril 2022. (MATTEO PLACUCCI / NURPHOTO / AFP)

Au moins huit personnes ont été tuées et 18 autres blessées dans des frappes russes samedi 23 avril sur la grande ville portuaire d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, selon un nouveau bilan annoncé samedi 23 avril par le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le chef de cabinet de la présidence ukrainienne Andriï Iermak a plus tôt précisé qu'"un bébé de 3 mois" faisait partie des victimes. D'après le président ukrainien, "sept missiles ont visé Odessa", dont un qui "a touché un immeuble d'habitations" et "deux qui ont été abattus" par le système de défense antiaérienne ukrainienne. L'armée de l'air ukrainienne avait, elle, affirmé sur Facebook que les forces russes avaient tiré une série de missiles depuis des bombardiers Tu-95 au-dessus de la mer Caspienne, citant également deux missiles qui ont touché une installation militaire.

La Russie dit avoir visé un dépôt d'armes étrangères

L'armée russe a de son côté affirmé, samedi, avoir visé avec des "missiles de haute précision" un important dépôt d'armes livrées aux forces ukrainiennes par les Etats-Unis et des pays européens près d'Odessa. "Les forces armées russes ont mis aujourd'hui hors service, avec des missiles de haute précision et de longue portée, un terminal logistique de l'aérodrome militaire près d'Odessa où était stocké un important lot d'armes étrangères livrées par les Etats-Unis et des pays européens", a écrit le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.