Guerre en Ukraine : le président turc propose sa médiation pour résoudre la crise autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia

La situation de la centrale de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, tombée aux mains des troupes russes en mars, peu après le lancement par Moscou de son invasion de l'Ukraine, inquiète de nombreux dirigeants internationaux.

La centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine, le 30 août 2022.
La centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine, le 30 août 2022. (METIN AKTAS / ANADOLU AGENCY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

>> Ce direct est maintenant terminé.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a proposé, samedi 3 septembre, à son homologue russe Vladimir Poutine la médiation de la Turquie pour aider à résoudre la crise autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les troupes russes. Lors d'un entretien téléphonique entre les deux hommes, "le président Erdogan a déclaré que la Turquie peut jouer un rôle de facilitation sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, comme elle l'a fait pour l'accord sur les céréales" dont les exportations étaient bloquées par la guerre, a déclaré la présidence turque. 

La guerre se poursuit sur le plan de l'énergie. Le gazoduc Nord Stream, reliant la Russie au nord de l'Allemagne, devait reprendre du service samedi, mais ce ne sera pas le cas. Le géant russe Gazprom a annoncé, vendredi, qu'il serait finalement "complètement" arrêté jusqu'à la réparation d'une turbine de ce pipeline vital pour l'approvisionnement des Européens.

Des "fuites d'huile" dans la turbine. Gazprom a dit, vendredi soir, avoir découvert des "fuites d'huile" dans la turbine, lors d'un contrôle technique lié à cette opération de maintenance dans une station de compression située en Russie. Ces ennuis techniques empêchent d'assurer "une exploitation sécurisée du moteur de la turbine à gaz", soutient Gazprom. Mais, pour le fabricant allemand de turbines Siemens Energy, une fuite d'huile ne peut à elle seule justifier, d'un point de vue technique, l'arrêt du gazoduc.

Le G7 plafonne le prix du pétrole. Les pays du G7 ont décidé, vendredi, de plafonner "urgemment" le prix du pétrole russe, un mécanisme complexe à mettre en place. Une "large coalition" de pays est invitée à appliquer cette décision.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h04 : On ferme ! Non sans avoir jeté un dernier coup d'oeil aux principaux titres de l'actualité de ce samedi soir.

Bis repetita non placent. Le lancement de la fusée Artemis a de nouveau été reporté, à cause d'une fuite de carburant, a annoncé la Nasa. La prochaine tentative n'aura pas lieu avant plusieurs semaines.

La centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, a de nouveau été déconnectée du réseau électrique, met en garde l'AIEA ce soir. Elle se trouve dans une zone de combats violents.

L'équipe de France de basket s'est fait peur face à la Lituanie au deuxième match de l'Eurobasket. Les Bleus l'ont emporté sur le fil (77-73).

Le PSG reprend la tête de la L1 après sa victoire à Nantes (3-0). Un peu plus tôt dans la journée, l'OM avait conforté sa place de dauphin en s'imposant à Auxerre (2-0).

Rendez-vous demain, neuf heures, pour la suite de ce live.

22h23 : Instead of a thousand words.
Yehor, 7, holds a wooden toy rifle next to destroyed Russian military vehicles near Chernihiv, Ukraine.


Evgeniy Maloletka @guardian

22h23 : Photojournalisme: #Visa d'or News au photographe ukrainien Evgeniy Maloletka Photo: #Ukraine, @EMaloletka / @AP https://t.co/PZoVj2Nbpi

22h23 : 📸 Visa : J’ai remis aux côtés de Jean-François LEROY, Directeur du festival, le Prix Visa d’Or News, parrainé pour la 3eme année par @leDepartement66, à Evgeniy MALOLETKA pour son précieux reportage sur Marioupol en Ukraine. La liberté de la presse toujours ! #visapourlimage2022 https://t.co/OQgW4ryx3h

22h20 : Evgeniy Maloletka, un photographe ukrainien de 35 ans de l'agence Associated Press, et son compatriote Mstyslav Chernov, 37 ans, vidéaste d'AP, ont été les premiers journalistes à entrer dans Marioupol le 23 février, une heure avant la première bombe, et les derniers à en partir le 15 mars.

22h20 : Le Visa d'or News, prix le plus prestigieux du festival international de photojournalisme Visa pour l'image de Perpignan, a été décerné ce soir à Evgeniy Maloletka pour ses reportages à Marioupol, ville du sud de l'Ukraine massivement bombardée.

21h39 : @André Pour le moment, la centrale continue à fonctionner "grâce à une ligne de secours" qui l'alimente, permettant ainsi le refroidissement du combustible nucléaire, précise l'AIEA. Si jamais la centrale n'était plus alimentée en courant (si le courant arrivant depuis l'extérieur est coupé et que les groupes électrogènes de secours ne fonctionnent pas), cela risquerait d'entraîner une surchauffe des installations.

21h38 : Bonjour FI, pouvez-vous nous dire quelles sont les conséquences de la nouvelle déconnexion de la centrale nucléaire de Zaporijja? Merci d'avance et bonne soirée

20h04 : Il est 20 heures ! Faisons le point sur l'actualité de ce samedi soir.

Bis repetita non placent. Le lancement de la fusée Artemis a de nouveau été reporté, à cause d'une fuite de carburant, a annoncé la Nasa.

La centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, a de nouveau été déconnectée du réseau électrique, met en garde l'AIEA ce soir. Elle se trouve dans une zone de combats violents.

L'équipe de France de basket s'est fait peur face à la Lituanie au deuxième match de l'Eurobasket. Les Bleus l'ont emporté sur le fil (77-73).

Des centaines de Russes ont fait leurs adieux au dernier dirigeant de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, lors de funérailles sans éclat marquées par l'absence du président Vladimir Poutine.

19h02 : Précision de l'AIEA sur la déconnexion du réseau de la centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine : cet incident, qui s'était déjà produit le 25 août, est survenu "après de nouveaux bombardements dans la zone", selon les informations fournies par les autorités ukrainiennes à l'instance onusienne. Le site continue cependant à fonctionner "grâce à une ligne de secours", précise l'AIEA.

18h32 : Rappelons qu'il s'agit de la plus grosse centrale nucléaire d'Europe, qui se trouve en plein dans la zone des combats entre l'armée ukrainienne et les soldats russes. Des bombardements frôlent régulièrement l'installation.

18h31 : La centrale nucléaire de Zaporijjia est de nouveau déconnectée du réseau, annonce l'Agence internationale de l'énergie atomique.

16h25 : Alors que les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique continuent leur mission à Zaporijjia, où se trouve la plus grande centrale nucléaire d'Europe, les habitants fuient les bombardements, notamment à Energodar, où ils se sont intensifiés. "Nous ne voulions pas partir, mais les bombardements, cette fois, étaient vraiment terribles : il y avait des explosions partout..." confie Liudmila, une habitante rencontrée par nos envoyés spéciaux sur place.



(BENJAMIN ILLY / RADIO FRANCE)

14h36 : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a proposé à son homologue russe Vladimir Poutine la médiation de la Turquie pour aider à résoudre la crise autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les troupes russes.

14h48 : Le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni, a assuré que l'Union européenne était "bien préparée" en cas d'arrêt total des livraisons de gaz russe, grâce au stockage et aux mesures d'économie d'énergie.

14h18 : "C'est une fuite d'huile politique, dans la mesure où Siemens qui fabrique la turbine en question dit que ce type d'événement peut arriver et qu'il n'y a aucune raison d'arrêter le gazoduc pour autant."

Philippe Chalmin, professeur d'histoire économique à l'université Paris-Dauphine, affirme que l'arrêt "complet" du gazoduc Nord Stream par le géant russe Gazprom en raison de fuites d'huile est "une manière de faire pression" sur les Européens.

12h30 : Il est midi, nous faisons un point sur l'actualité du jour :

Des centaines de Russes ont fait leurs adieux au dernier dirigeant de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, lors de funérailles sans éclat marquées par l'absence du président Vladimir Poutine.

Après une première tentative ratée en début de semaine, la Nasa va réessayer de faire décoller sa méga-fusée vers la Lune ce soir pour une mission test qui doit lancer son nouveau programme phare, Artemis, cinquante ans après le dernier vol d'Apollo.

Moscou coupe le gazoduc Nord Stream. Ce rebondissement va accentuer l'angoisse des Européens, qui se démènent pour éviter une crise énergétique cet hiver et accusent Moscou d'user du gaz comme d'une arme. Suivez notre direct.


En pleurs, du bout des lèvres, Serena Williams a annoncé, après son élimination au troisième tour de l'US Open, qu'on ne la reverrait vraisemblablement plus sur les courts de tennis.

10h19 : Un dilemme sportif et moral. Des sportifs français sont engagés dans les championnats en Russie ou envisagent de le faire, malgré la guerre en Ukraine. Certaines fédérations l'interdisent, d'autres non. Le ministère des Sports souhaite clarifier cette situation.

09h55 : Bonjour @Aveyron45. Le mécanisme imposerait une décote par rapport au prix du marché, afin de limiter les ressources que la Russie tire de la vente d'hydrocarbures, tout en le maintenant au-dessus du prix de production, pour préserver une incitation à l'exportation. Mais pour que le plafonnement devienne réalité, il faut que la Russie s'y plie et continue d'exporter vers des pays qui en ont adopté le principe.

09h54 : Bonjour Robin. J'ai du mal à comprendre la décision plafonner le prix du pétrole en Russie. Comment cela serait-il possible ? La Russie exploite les gisements et, je suppose, le prix auquel elle souhaite vendre ses hydrocarbures. Comment des pays étrangers pourraient-ils limiter les prix ? Si la Russie ne veut pas vendre à un prix plafonné, elle risque de suspendre les livraisons vers les pays d'Europe. Merci si vous pouvez apporter un éclairage.