Crimée : deux bases aériennes ukrainiennes tombent aux mains des pro-russes

Les bases de Novofedorivka et de Belbek, dans l'ouest de la Crimée, ont été envahies, samedi, par des pro-russes. Un militaire ukrainien a été blessé à Belbek.

Un pro-russe retire un drapeau ukrainien dans la base aérienne de Novofedorivka, le 22 mars 2014, en Crimée.
Un pro-russe retire un drapeau ukrainien dans la base aérienne de Novofedorivka, le 22 mars 2014, en Crimée. (DMITRY SEREBRYAKOV / AFP)

Petit à petit, l'armée ukrainienne perd le contrôle de ses bases. Quelque deux cents hommes sans armes ont envahi, samedi 22 mars, une base aérienne ukrainienne à Novofedorivka, dans l'ouest de la Crimée. Plus tard dans l'après-midi, au sud, les forces russes s'en sont pris à une seconde base, située à Belbek, après un ultimatum lancé aux soldats ukrainiens. Retour sur ces deux événements.

Des hommes sans armes à Novofedorivka

Criant "Russie ! Russie !", les assaillants ont pénétré dans la base et commencé à casser les fenêtres. Des militaires ukrainiens se sont barricadés à l'intérieur des bâtiments et ont lancé des fumigènes sur les intrus à partir des toits, comme l'a constaté une journaliste du Monde sur place.

Des officiers russes regardaient de l'extérieur les militants amener le drapeau ukrainien et hisser celui, blanc et bleu, de la marine russe. Un officier de l'armée russe est ensuite entré dans le bâtiment pour négocier avec les Ukrainiens, tandis que la foule des manifestants a été invitée à s'en aller.

Des coups de feu et un blessé à Belbek

Après avoir encerclé la base aérienne de Belbek, en Crimée, des forces pro-russes ont lancé un assaut avec des véhicules blindés et des coups de feu ont retenti. Un Ukrainien a été blessé dans cette opération. Les soldats ukrainiens se sont rapidement rendus, alignés, dos tournés, désarmés. Un colonel a été emmené par les forces pro-russes pour des discussions dans un lieu inconnu.

REUTERS

En début d'après-midi, les assaillants avaient adressé un ultimatum aux soldats ukrainiens pour obtenir leur reddition, en vain. "Nous n'allons nulle part, nous allons voir en quoi consiste cet assaut", avait indiqué le vice-commandant ukrainien de la base.

Située sur une colline près de Sébastopol, la base de Belbek était l'une des rares installations militaires de Crimée toujours contrôlées par l'Ukraine après le rattachement de la péninsule à la Russie. Le drapeau ukrainien bleu et jaune flotte toujours au-dessus des bâtiments.