Cet article date de plus d'onze ans.

Le Saint suaire de Turin est exceptionnelement présenté au public pour la première fois depuis 10 ans

Plus de deux millions de visiteurs sont attendus jusqu'au 23 mai à la chapelle royale de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin (nord) pour l'exposition du linceul qui aurait enveloppé le corps du Christ au moment de sa mise au tombeauUn morceau de tissu sur lequel se serait imprimée l'empreinte du corps de Jésus, objet de controverses sans fin
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le Saint Suaire de Turin présenté au public pour la 1ère fois depuis dix ans

Plus de deux millions de visiteurs sont attendus jusqu'au 23 mai à la chapelle royale de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin (nord) pour l'exposition du linceul qui aurait enveloppé le corps du Christ au moment de sa mise au tombeau

Un morceau de tissu sur lequel se serait imprimée l'empreinte du corps de Jésus, objet de controverses sans fin

Une pièce de lin de 4,36 m sur 1,10 m découverte en France
Des barrières ont été installées dans une large zone autour de la cathédrale afin de contenir le flot des visiteurs, et de nombreux volontaires ainsi que des antennes médicales mobiles ont été mobilisés pour encadrer la foule.

En outre, plusieurs parkings ont été spécialement aménagés pour accueillir les cars des pèlerins, attendus en masse pour entrevoir entre trois et cinq minutes chacun l'une des reliques les plus précieuses de la Chrétienté.

Une grande tente a aussi été installée pour offrir aux touristes des glaces ainsi que des spécialités gastronomiques du Piémont.

Le Saint Suaire de Turin, une pièce de lin de 4,36 m sur 1,10 m sur laquelle, selon la tradition, se serait imprimée l'empreinte du corps du Christ supplicié et en particulier son visage, a été découvert au milieu du XIVe siècle dans la collégiale Notre-Dame à Lirey, près de Troyes (France).

Le tissu est depuis toujours l'objet d'une bataille entre les scientifiques qui croient à son authenticité et ceux qui en doutent. Des historiens, s'appuyant notamment sur une datation au carbone 14 réalisée en 1988, ont établi que la fabrication de ce linceul remontait au Moyen-Age, entre 1260 et 1390, mais cette datation est elle-même contestée.

En 2005, le magazine français Science et Vie avait fait réaliser un "vrai faux" linceul avec les techniques du Moyen-Age.

Malgré ces controverses, la relique exerce toujours une grande fascination sur les fidèles. Le président de la commission de l'archevêché de Turin pour le Saint Suaire, Giuseppe Ghiberti, n'a d'ailleurs pas hésité à le qualifier d'"instrument d'évanglisation".

Benoît XVI viendra honorer le Saint Suaire le 2 mai
Le Vatican ne s'est toutefois jamais prononcé sur l'authenticité du Saint Suaire, même si le pape Benoît XVI l'honorera lui-même d'une visite le 2 mai.

En annonçant en juin 2008 cette nouvelle exposition du Saint Suaire, le pape avait déclaré qu'elle constituerait "une occasion propice de contempler ce visage mystérieux qui parle silencieusement au coeur des hommes, les invitant à reconnaître le visage de Dieu".

La dernière exposition du Saint Suaire remonte à l'an 2000. Le pape Jean Paul II avait souhaité qu'il soit présenté à la vénération des fidèles, à Turin, à l'occasion des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) organisées cette année-là à Rome.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.