Le castor, l'arme secrète des Britanniques contre les inondations

Le sud-ouest de l’Angleterre fait face, depuis un mois, à des inondations dues à de fortes tempêtes. Un appel a été lancé pour la réintroduction des castors comme instrument de la lutte contre les crues.

Un castor nage dans le lac de Sewen, dans le Haut-Rhin.
Un castor nage dans le lac de Sewen, dans le Haut-Rhin. (PATRICE CORREIA / AFP)
avatar
Manon Descoubès

Mis à jour le
publié le

Des castors. C’est la solution aux inondations avancée par Marina Pacheco, directrice générale de The Mammal Society, une organisation environnementale britannique. Elle avance dans le Telegraphque ce gros rongeur "pourrait constituer une contribution précieuse et peu onéreuse à une série de mesures de réduction des crues". Selon le Met Office, les services météorologiques britanniques, "le sud de l’Angleterre est touché par les plus importantes inondations depuis vingt ans". La région connaît son hiver le plus humide depuis 1995, avec 369,7 mm de pluie tombée, et subit de nombreux dégâts.

Le castor est connu pour sa capacité à construire de véritables barrages naturels. Chassé à l'époque moderne, cet herbivore semi-aquatique a aujourd'hui pratiquement disparu à l'état sauvage en Grande-Bretagne.

Un formidable ingénieur des rivières

Louise Ramsay, du Scottish Wild Beaver Group, une association pour la protection des castors, décrit à la BBC l’ingéniosité de ces rongeurs : "Ils construisent des barrages, compliquent et ralentissent l’écoulement de l’eau. Ils entremêlent les courants, par la création d’un réseau de petits conduits, et bloquent les fossés." Introduire des castors dans les cours d'eau permettrait de déplacer les inondations vers des zones moins sensibles. "On aura plusieurs petits bassins en amont qui laisseront s'écouler l’eau plus lentement vers les basses terres."

Interrogé par la radio anglaise, Derek Gow, fermier et écologiste du Devon, dans le sud-ouest de l'Angleterre, a créé sa propre zone humide dans laquelle il a introduit vingt-cinq castors. Selon lui, des études avancent qu'"une zone humide peut retenir jusqu’à 40 fois plus d’eau quand elle est colonisée par des castors". Ces zones font alors office d'"éponges" dans le paysage.

Une solution déjà envisagée au pays de Galles  

"La réintroduction des castors pourrait être une solution économique aux inondations", poursuit Marina Pacheco. Cette mesure est envisagée au pays de Galles, touché lui aussi depuis décembre par des crues. Un site a déjà été choisi pour réintroduire ces mammifères dans le comté du Ceredigion.

Les inondations coûtent en effet une fortune au gouvernement gallois. Selon le site Wales Online, il dépense "plus de 53 millions d’euros par an pour lutter contre les inondations et il en dépensera 165 millions en 2035, alors que 350 000 logements sont construits dans des zones à risque". Des coûts amoindris si le pari de la réintégration des castors aboutissait.

* Tous les liens de cet article sont en anglais.