Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Grande-Bretagne : la pagaille

Publié
Durée de la vidéo : 14 min.
Avenue de l'Europe. Grande-Bretagne : la pagaille

Le départ de la Grande-Bretagne de l'Union européenne met en péril la situation des quelque 3 millions de citoyens européens qui y résident. Mais les Britanniques eux-mêmes n'échappent pas à la pagaille. Un reportage du magazine "Avenue de l'Europe".

Le départ de la Grande-Bretagne de l'Union européenne met en péril la situation des quelque 3 millions de citoyens européens qui y résident. Ce reportage du magazine "Avenue de l'Europe" montre les conséquences néfastes que vivent déjà les Polonais, nombreux à s'être expatriés au Royaume-Uni, et les Français. Certains expérimentent déjà un statut d"overseas visitor", alors qu'ils vivent à Londres ou Birmingham depuis plus de dix ans.

A la City, temple de la finance dont la première place mondiale est menacée, banquiers et traders ont le blues : sans passeport européen, ils ne pourront plus travailler depuis Londres avec les autres pays de l'UE. Les pots de départ, ou Brexit parties, commencent à se multiplier, alors que le Brexit ne sera effectif que le 29 mars 2019.

Des conséquences pour les universités et les hôpitaux 

Les ressortissants étrangers ne sont pas les seuls concernés : les Britanniques sont eux aussi touchés. Dans les universités, sans financement de l'UE, il sera très difficile de recruter des chercheurs hors du Royaume-Uni pour des projets d'envergure. A Birmingham, le prestigieux département de physique des particules a déjà beaucoup moins de candidats.

Quant au système de santé, il subit les premières conséquences du Brexit : dans les hôpitaux publics, le recrutement d'infirmières européennes a chuté de 90% depuis le vote du 23 juin, et le personnel britannique n'est pas assez nombreux. 

Une enquête en Grande-Bretagne de Régis Nusbaum et Yvon Bodin, diffusée dans "Avenue de l'Europe" le 13 décembre 2017.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.