Europe : après la nomination d'une Américaine à un poste clé de l'UE, Paris demande à Bruxelles de revoir son choix

Des élus ont épinglé ses anciennes fonctions de responsable de l'analyse économique à la division antitrust du ministère américain de la Justice ou de consultante pour des grands groupes de la tech comme Amazon, Apple et Microsoft.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le bâtiment de la commission européenne, à Bruxelles, le 27 octobre 2020. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)

La nomination de Fiona Scott Morton, ancienne cadre de l'administration Obama, à un poste clé de la Commission européenne lié à la régulation des géants américains de la tech a provoqué un tollé en France. "Cette nomination mérite d'être reconsidérée par la Commission", a notamment réagi la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, jeudi 13 juillet. "L'Europe compte de nombreux économistes de talent", a ajouté la secrétaire d'Etat chargé de l'Europe, Laurence Boone.

L'exécutif européen a annoncé en début de semaine que l'Américaine, professeure d'économie à l'université de Yale, avait été choisie comme nouvelle économiste en chef à la Direction générale de la concurrence. Ce service est chargé de veiller au bon fonctionnement de la concurrence dans l'Union européenne et d'enquêter notamment sur les abus de position dominante des géants du numérique, qui ont donné lieu à des amendes record ces dernières années.

Ex-consultante pour des grands groupes de la tech

Des élus de tous horizons politiques ont épinglé ses anciennes fonctions de responsable de l'analyse économique à la division antitrust du ministère américain de la Justice, entre mai 2011 et décembre 2012, ou de consultante pour des grands groupes de la tech comme Amazon, Apple et Microsoft. Par ailleurs, cette nomination survient au moment où l'UE doit mettre en œuvre de nouvelles législations ambitieuses pour réguler ce secteur et nourrit les critiques contre la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, considérée comme très atlantiste.

Face aux critiques, une porte-parole de la Commission a précisé que la nouvelle fonction de Fiona Scott Morton consistait en un rôle de conseillère sur les questions économiques auprès de la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager. Elle a écarté tout risque de conflit d'intérêts. Avant de nommer Fiona Scott Morton, "la Commission a soigneusement examiné si elle avait un intérêt personnel de nature à compromettre son indépendance" et elle ne sera "pas impliquée dans des dossiers sur lesquels elle a travaillé ou dont elle a eu connaissance dans son emploi précédent".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.