Près de 30% des Européens ne peuvent pas partir en vacances en raison de trop faibles revenus, selon une étude

La Confédération européenne des syndicats alerte sur l'accroissement des inégalités entre les travailleurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La plage de Balos, en Crète (Grèce), le 28 juillet 2021. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO / AFP)

Au total, 28% des habitants de l'Union européenne n'ont pas les moyens de passer une semaine de vacances en dehors de chez eux, selon une étude de la Confédération européenne des syndicats (CES) publiée lundi 2 août. Ce chiffre monte même à 60% pour les seuls travailleurs pauvres, c’est-à-dire celles et ceux dont le revenu est inférieur au seuil de pauvreté (moins de 60% du revenu médian).

C'est en Grèce que la situation est la pire, avec 88,9% des "personnes menacées de pauvreté" qui ne peuvent pas se permettre de partir en vacances, note la CES. Viennent ensuite la Roumanie (86,8%), la Croatie (84,7%), Chypre (79,2%) et la Slovaquie (76,1%). Elles sont 57,2% en France

Augmentation des inégalités en matière de congés

Par ailleurs, les inégalités en matière de congés entre les travailleurs les plus pauvres et celles "dont le revenu est supérieur à 60% du revenu médian" "ont augmenté dans 16 Etats membres [dont la France] durant la décennie écoulée", poursuit l'organisation, qui se base sur des données d'Eurostat. Les pays où les écarts entre les deux groupes sont les plus importants sur ce point sont la Croatie, la Grèce, la Bulgarie, la République tchèque, la France (40,4%) et la Roumanie.

L'accroissement des inégalités "démontre que les bénéfices de la croissance économique en Europe au cours de la dernière décennie n'ont pas été répartis de manière équitable", commente la secrétaire générale adjointe de la CES, Esther Lynch. La confédération, qui représente 89 organisations nationales réparties dans 39 pays européens ainsi que dix fédérations syndicales européennes, milite pour améliorer les bas salaires. Elle plaide pour l'introduction d'un "seuil de décence" qui garantirait que les salaires minimum légaux ne pourraient jamais être inférieurs à 60% du salaire médian et à 50% du salaire moyen dans aucun Etat membre.

Une proposition parlementaire examinée cet été

Actuellement 17 Etats membres de l'UE ont un salaire minimum légal inférieur à 60% du salaire médian national, souligne la confédération. Une proposition de directive européenne doit être examinée cet été. Elle prévoit notamment des règles contraignantes pour les 21 pays de l'Union européenne déjà dotés d'un salaire minimum.

Cependant, cette proposition ne prévoit pas de fixer un seuil minimum européen uniforme, ni d'obliger les six pays (Autriche, Chypre, Danemark, Finlande, Italie, Suède) qui ne disposent pas de ce dispositif à introduire celui-ci.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.