Aux Pays-Bas, une fidèle de l'"Eglise du spaghetti volant" demande à apparaître sur son passeport avec une passoire sur la tête

La justice néerlandaise a débouté la jeune femme adepte de cette religion parodique. Mienke de Wilde envisage de saisir la Cour européenne des Droits de l'homme.

Mienke de Wilde porteune passoire à pâtes sur la tête, le 15 août 2018 à Nimègue (Pays-Bas).
Mienke de Wilde porteune passoire à pâtes sur la tête, le 15 août 2018 à Nimègue (Pays-Bas). (PIROSCHKA VAN DE WOUW / ANP)

Quand la parodie devient sérieuse. La justice néerlandaise a estimé que le "pastafarisme" ou l'"Eglise du spaghetti volant" n'était pas une religion et a refusé qu'une de ses adeptes porte une passoire sur sa tête sur la photographie de son passeport, rapporte The Guardian (en anglais), jeudi 16 août 2018. La loi néerlandaise autorise la couverture partielle de la tête pour les photos officielles, mais uniquement pour de "véritables" raisons religieuses.

Mienke de Wilde, étudiante en droit originaire de Nimègue dans l'est des Pays-Bas, entend désormais porter l'affaire devant la Cour européenne des Droits de l'homme, précise le journal AD (en néerlandais). La jeune femme a déclaré que l'Eglise était humoristique mais que sa demande était sérieuse.

Une religion reconnue en Nouvelle-Zélande

L'"Eglise du spaghetti volant" a été fondée en 2005 par Bobby Henderson aux Etats-Unis en réponse aux dogmes religieux, notamment le créationnisme, reprend The Guardian. Ses croyants "adorent" un dieu invisible appelé "le monste du spaghetti volant", portent des passoires sur la tête en hommage à leur Dieu, vénèrent des pirates et mangent beaucoup de pâtes. Les fidèles sont tenus de terminer leur prière par un "Ramen" (soupe de nouilles japonaise) plutôt que par "Amen".

En 2016, le gouvernement néo-zélandais a officiellement reconnu cette religion parodique, note Le Monde, un premier mariage légal de "pastafariens" y a été célébré. La religion est reconnue officiellement par le Texas depuis 2013; ses adeptes sont autorisés à porter une passoire sur la tête sur leur photo d'identité, indique le Huffington Post (en anglais).