Dieselgate : un premier procès pour Volkswagen attendu au tournant par les investisseurs

Le premier grand procès contre la firme allemande s'ouvre lundi en Allemagne, trois ans après le scandale des moteurs diesel truqués.   

Le premier procès de Volkswagen s\'est ouvert lundi 10 septembre, en Allemagne, devant le tribunal régional de Brunswick (Basse-Saxe). 
Le premier procès de Volkswagen s'est ouvert lundi 10 septembre, en Allemagne, devant le tribunal régional de Brunswick (Basse-Saxe).  (RONNY HARTMANN / AFP)

La firme automobile Volkswagen doit répondre devant la justice allemande du scandale du dieselgate, à parti du lundi 10 septembre, à Brunswick (Basse-Saxe). L'industriel doit s'expliquer sur des moteurs diesel truffés d’un logiciel capable de fausser les résultats des tests antipollution. Le scandale, révélé en 2015, avait généré un retentissement mondial. 

L'action avait dévissé de 40% en deux jours

Le scandale a déjà coûté plus de 27 milliards d’euros à Volkswagen. Mais la facture pourrait s'allonger. Les investisseurs réclament 9 milliards supplémentaires en dommages et intérêts. C’est ce qu’ils estiment avoir perdu après la chute de l’action en bourse, à l'occasion des révélations. Convaincus que la direction était au courant, ils estiment qu’ils auraient dû être informés de la tricherie.

Les dirigeants démentent ce scénario. La faute, disent-ils, reviendrait à une poignée d’ingénieurs, à l’insu de leurs supérieurs. Mais plusieurs documents ont circulé encore tout récemment rendant la version de la direction peu crédible, explique Ferdinand Dudenhöffer, professeur d’économie à l’Université de Duisbourg-Essen et expert automobile. "Monsieur Winterkorn, l’ancien PDG de Volkswagen, a été mis au courant très tôt de cette tricherie et il semble que d’autres membres du conseil d’administration l’aient été aussi, affirme-t-il. Volkswagen risque de perdre ce procès."  Et finalement, la sanction, selon cet expert, pourrait constituer un mal pour un bien. 

Cela refermerait ce scandale très coûteux, mais permettrait un nouveau départ pour toute une industrie : envisager le nouveau siècle sans le moteur à combustion.Ferdinand Dudenhöffer, professeur d’économieà franceinfo

Il faudra encore plusieurs mois et de nombreuses audiences avant que la justice ne passe et pour que Volkswagen et plus largement tout le secteur automobile, marques françaises comprises, puisse tourner la page et reconquérir la confiance des consommateurs.

Volkswagen répond du dieselgate devant la justice allemande - un reportage de Ludovic Piedtenu
--'--
--'--