Carles Puigdemont, l'ancien président indépendantiste de la Catalogne, a été arrêté en Sardaigne, annonce son avocat

L'eurodéputé était recherché par les autorités espagnoles pour avoir organisé un référendum jugé illégal par Madrid, sur l'indépendance de la Catalogne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Carles Puigdemont, ancien président de la Catalogne (Espagne), lors d'une conférence de presse à Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 9 octobre 2020. (RAYMOND ROIG / AFP)

Carles Puigdemont, l'ancien président catalan et eurodéputé, a été arrêté par les autorités italiennes en Sardaigne, a annoncé son avocat, Gonzalo Boye, sur Twitter, une information confirmée par une source judiciaire au journal El Pais. L'homme politique était recherché par la justice espagnole depuis quatre ans, pour avoir organisé un référendum illégal sur l'indépendance de la Catalogne. Carles Puigdemont avait fui en Belgique en 2017, avant d'être élu eurodéputé en 2019. Son immunité avait été levée en mars par le Parlement européen.

"A son arrivée à l'aéroport d'Alghero, il a été arrêté par la police aux frontières italienne. Demain [vendredi], le président sera présenté aux juges de la cour d'appel de Sassari, qui est compétente pour décider de sa libération ou de son extradition" vers l'Espagne, a indiqué son chef de cabinet, Josep Lluis Alay. A Madrid, le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sánchez a exprimé "son respect pour les décisions des autorités et des tribunaux italiens".

Cette arrestation intervient une semaine après la reprise des négociations entre le gouvernement espagnol et les indépendantistes catalans sur l'avenir de la région. Le dialogue s'était rompu pendant près d'un an et demi. La tentative de sécession, en octobre 2017, de cette région du nord-est du pays, peuplée de 7,8 millions d'habitants, a été l'une des pires crises vécues par l'Espagne depuis la fin de la dictature franquiste en 1975.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Catalogne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.