Espagne : le Parti socialiste et Podemos scellent un accord de principe pour former un gouvernement de coalition

Pour être confirmé, cet accord nécessite toutefois l'appui d'autres forces pour que le gouvernement soit investi par la Chambre des députés issue des législatives de dimanche.

Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez (à gauche) et le chef du parti Podemos Pablo Iglesias, le 12 novembre 2019 à Madrid.
Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez (à gauche) et le chef du parti Podemos Pablo Iglesias, le 12 novembre 2019 à Madrid. (GABRIEL BOUYS / AFP)

Le Parti socialiste du chef du gouvernement espagnol sortant et la formation de gauche radicale Podemos ont scellé un accord de principe pour former un gouvernement de coalition, ont annoncé, mardi 12 novembre, Pedro Sanchez et Pablo Iglesias.

Un gouvernement composé de ces deux formations, qui avaient échoué à s'entendre il y a quelques mois, nécessitera toutefois l'appui d'autres forces pour obtenir une majorité suffisante au Parlement (au moins 176 députés sur 350) et être investi par la Chambre des députés issue des législatives de dimanche.

Moins d'élus qu'en avril

Vainqueur dimanche, Pedro Sanchez a en effet manqué son pari de sortir renforcé de ces quatrièmes élections générales en quatre ans en vue de mettre fin à l'instabilité politique qui mine le pays depuis 2015. Il a au contraire perdu des sièges et compte 120 députés contre 123 après le dernier scrutin d'avril. La surprise a été créée par le parti d'extrême droite Vox qui a plus que doublé son nombre de sièges (de 24 à 52) pour devenir le troisième parti d'Espagne.

C'est pourquoi les socialistes vont chercher leurs soutiens à gauche, en particulier auprès du parti de gauche radicale Podemos qui a cédé du terrain mais dispose toujours de 35 députés. Même si elles ont de plus en plus de positions antagonistes sur la crise catalane, qui agite toujours le pays.