Législatives en Espagne : le Parti socialiste en tête mais isolé, l'extrême droite en pleine ascension

Les conservateurs reprennent du poil de la bête, en deuxième position.

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, le 11 novembre 2019 à Madrid (Espagne).
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, le 11 novembre 2019 à Madrid (Espagne). (BURAK AKBULUT / ANADOLU AGENCY / AFP)

Victoire en demi-teinte pour le Premier ministre sortant, Pedro Sanchez. Le Parti socialiste espagnol (PSOE) est arrivé en tête des élections législatives, dimanche 10 novembre, avec 28% des voix, après le dépouillement de 100% des voix. Avec 120 élus, il conserve presque le même nombre de sièges au Parlement que lors du précédent scrutin, en avril dernier (123).

Avec 21% des voix, les conservateurs du Parti Populaire (PP) se sont remis du pire résultat de leur histoire (66 sièges en avril) et comptent 88 sièges. Le parti d'extrême droite Vox, entré au Parlement en avril avec 24 sièges, en devient la troisième force, avec 52 sièges (15%). C'est l'ascension "la plus fulgurante de la démocratie espagnole", s'est écrié son chef, Santiago Abascal.

Les deux alliés potentiels des socialistes essuient un lourd revers. La formation de gauche radicale Podemos chute de 33 à 26 sièges, avec 10% des voix, tandis que les centristes de Ciudadanos s'effondrent à 10 sièges (8%), soit 47 de moins qu'il y a six mois.

Casse-tête à venir pour gouverner

Pour Pedro Sanchez, la tâche de bâtir une coalition s'annonce difficile. Ses alliés naturels ont été punis dans les urnes, et les électeurs n'ont pas répondu à son appel de lui donner une majorité claire : son groupe parlementaire sort presque inchangé de ce nouveau scrutin. Le Parlement est une fois de plus bloqué, comme il l'est depuis la fin du bipartisme PP-PSOE, en 2015, avec l'arrivée de Podemos et de Ciudadanos. Ni un bloc de gauche (PSOE, Podemos et sa liste dissidente Mas Pais) ni une alliance des droites (PP, VOX et Ciudadanos) n'atteignent la majorité absolue de 176 sièges sur 350.

Pedro Sanchez ne cache pas qu'il préfère gouverner seul en minorité plutôt que de tenter de s'entendre avec Podemos après l'échec de leurs négociations l'été dernier. Il répète que les autres partis devraient laisser gouverner celui qui arrive en tête, en s'abstenant lors du prochain vote de confiance de la chambre. Dans la nuit de dimanche à lundi, sous les cris d'encouragement de ses partisans, il s'est engagé à "débloquer la situation politique et à former un gouvernement progressiste"

Antonio Barroso, analyste du cabinet Teneo, entrevoit deux voies, toutes deux difficiles, pour former un gouvernement. La première : "un accord entre partis de gauche - PSOE, Podemos et Mas Pais - mais qui requiert l'abstention de partis plus petits lors du vote de confiance". La deuxième : une abstention du PP pour laisser Pedro Sanchez gouverner en minorité. Mais "la concurrence entre le PP et Vox incite le PP à ne pas permettre la formation d'un gouvernement de gauche", a-t-il expliqué.

La Catalogne au cœur de la campagne 

Quelques semaines après les manifestations ayant dégénéré en violences, la Catalogne a dominé la campagne. Vox, dont le chef prône l'interdiction des partis séparatistes et la suspension de l'autonomie de la Catalogne, en a été le bénéficiaire. "J'ai toujours voté PP mais vu la situation, je crois qu'il faut employer la manière forte" avec la Catalogne et l'immigration, autre thème central de la campagne de Vox, disait une sympathisante, Ana Escobedo.

Si Vox a bénéficié du rejet des indépendantistes catalans au niveau national, le verdict des urnes est tout autre dans la province. Les partis indépendantistes catalans ont consolidé leur représentation : à trois, ils totalisent 23 sièges (contre 22 en avril) sur les 48 qui étaient en jeu en Catalogne.