Paris : un "appel des 100" pour des berges piétonnes

Cette piétonnisation, au cœur d'une polémique entre Paris et banlieue, élus de droite et de gauche, a été annulée le mois dernier par le tribunal administratif.

La voie sur berge George-Pompidou piétonnisée à Paris, le 3 avril 2017.
La voie sur berge George-Pompidou piétonnisée à Paris, le 3 avril 2017. (MAXPPP)

Une centaine de personnalités du monde associatif ou culturel ont appelé, dimanche 11 mars, à conserver les berges de Seine rive droite piétonnes, "comme un bien commun et un espace gagné sur la pollution" à Paris. Cet "appel des 100 pour le maintien de la piétonnisation", publié dans le Journal du dimanche, est signé notamment du photographe Yann Arthus-Bertrand, d'Audrey Pulvar présidente de La Fondation pour la nature et l'homme (FNH) créée par Nicolas Hulot, de l'écrivain Alexandre Jardin ou d'Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

Cette piétonnisation, au cœur d'une polémique entre Paris et banlieue, élus de droite et de gauche, a été annulée le mois dernier par le tribunal administratif. La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a repris un arrêté cette semaine de fermeture à la circulation sur 3,3 km de la voie Georges-Pompidou, du quai bas de l'entrée du tunnel des Tuileries (1er arrondissement) à la sortie du tunnel Henri-IV (4e arrondissement). Le "cœur de Paris n'est plus traversé par une autoroute urbaine : il est habité, investi, vivifié par les dizaines de milliers de personnes d'ici et d'ailleurs qui viennent y respirer", estiment les signataires qui "n'accept(ent) pas de perdre le bénéfice de cette conquête".