Pollution plastique : vers un premier traité international pour enrayer un fléau bientôt incontrôlable

Un comité international mis sur pied par l’ONU doit entamer lundi à Punta del Este des négociations pour créer le premier traité international sur la pollution plastique.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des déchets en plastique sur une plage de Costa del Este, à Panama City, au Panama, le 21 septembre 2022. (LUIS ACOSTA / AFP)

Le coup d’envoi est donné lundi 28 novembre pour une série de discussions pour tenter de mettre fin à la pollution plastique à l’échelle de la planète. À Punta del Este, en Uruguay, un comité international mis sur pied par l’ONU doit ainsi entamer des négociations pour créer le premier traité international sur la pollution plastique.

>> Pollution chimique et plastique : quatre questions sur la dernière "limite planétaire" franchie par l'humanité

C’est en effet l’un des enjeux cruciaux de ces prochaines années : toute proportion gardée, on peut dire que la pollution plastique rejoint le climat et la biodiversité dans l’arène des négociations internationales cruciales. Le fléau est devenu incontrôlable et la situation est appelée à empirer : on rejette actuellement l’équivalent d’un camion poubelle de plastique chaque minute dans la mer, et si rien n’est fait, cette pollution des océans sera multipliée par quatre d’ici 2050.

Aller au-delà du problème des déchets marins

L’ONU a donc décidé d’un processus pour négocier un traité qui sera contraignant, alors qu’aujourd’hui, la réglementation est morcelée et partielle. Il y aura donc cinq cycles de négociations, dont un en France. Le tout premier, en Uruguay, doit permettre d’affirmer l’ambition, explique Muriel Papin, de l’association No plastic in my sea.

"Nous sommes dans la logique de ne pas regarder par le bout de la lorgnette, indique-t-elle. C'est à dire uniquement par le problème des déchets marins, ce qui était porté par certains au début : nous souhaitons un texte qui regarde d'où vient le plastique, en intégrant les questions de toxicité, car le plastique, c'est du pétrole et de la chimie."

"Derrière cela, il y a un ensemble d'impacts environnementaux et sanitaires importants, ainsi que des questions de dépendance aux ressources fossiles."

Muriel Papin

à franceinfo

Une cinquantaine d’États, parmi lesquels la France, ont monté une coalition, avec des objectifs qui touchent à la production, la consommation et le recyclage pour mettre fin à la pollution plastique d’ici 2040.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.