Pêche : les dauphins victimes des chalutiers

Quelque 600 dauphins sont décédés depuis le début de l'année sur les côtes atlantiques, morts échoués sur les plages. Une hécatombe causée par la pêche industrielle.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La scène a lieu mardi 26 février au soir, au large des côtes françaises, dans le golfe de Gascogne. En pleine nuit, ces chalutiers remontent leur filet, quand soudain, à l'intérieur, ils découvrent un dauphin pris au piège. À plusieurs reprises, les pêcheurs secouent leur filet, car le dauphin s'est emmêlé dans les mailles du chalut. Ils le remontent à bord avec le reste de leur pêche avant de repartir. Le dauphin mort restera sur le pont du bateau jusqu'au lever du jour.

La pêche pélagique dans le viseur des ONG

Ces deux bateaux sont français, ils ont été suivis par l'ONG Sea Shepherd. Depuis un mois, presque chaque nuit, ces militants traquent les chalutiers. Ils critiquent ces techniques de pêche industrielle et dénoncent l'inaction des pêcheurs. Dans leur viseur, la pêche dite pélagique. Les chalutiers pêchent des poissons qui sont aussi des proies pour les dauphins. Les mammifères qui les chassent se retrouvent bloqués, ne peuvent plus remonter à la surface et meurent par asphyxie. Certains coulent en mer, tandis que d'autres arrivent sur les plages.

Depuis janvier, 600 dauphins se sont échoués en France. C'est un triste record. Selon ces chercheurs qui autopsient les dauphins échoués, la pêche est la principale responsable. Chaque année, au moins 4 000 dauphins sont ainsi tués en mer. Depuis un an, les pêcheurs expérimentent des boîtiers orange, les pingers, ou répulsifs acoustiques. Ils sont accrochés aux filets. Ce bruit est censé faire fuir les dauphins. La plupart des chalutiers français en sont maintenant équipés, mais leur efficacité n'est pas encore totalement prouvée.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Scarlette le Corre, marin pêcheur sur le pont 
Scarlette le Corre, marin pêcheur sur le pont  (FRED TANNEAU / AFP)