Plusieurs centaines de dauphins échoués sur la côte atlantique, l'ONG Sea Shepherd accuse les bateaux de pêche

Pour l'ONG spécialisée dans la protection des mers et de la biodiversité marine, ce sont les techniques utilisées par les chalutiers, qui pêchent le bar, qui sont responsables de la mort des 600 dauphins retrouvés ces six dernières semaines sur les plages de l'Atlantique.

L\'ONG Sea Shepherd, spécialisée dans la protection des mers et de la biodiversité marine, diffuse, jeudi 21 février, des images de dauphins pris au piège dans des filets de pêche dans le Golfe de Gascogne.
L'ONG Sea Shepherd, spécialisée dans la protection des mers et de la biodiversité marine, diffuse, jeudi 21 février, des images de dauphins pris au piège dans des filets de pêche dans le Golfe de Gascogne. (CAPTURE ECRAN TWITTER)

L'ONG Sea Shepherd, spécialisée dans la protection des mers et de la biodiversité marine, diffuse, jeudi 21 février, des images de dauphins pris au piège dans des filets de pêche dans le Golfe de Gascogne, rapporte France Bleu Gironde. Ces images ont été prises dans la nuit de mardi à mercredi. Elles montrent deux dauphins morts remontés par deux chalutiers.

Pour Sea Shepherd, cela ne fait aucun doute. Ce sont bien les techniques utilisées par les chalutiers, qui pêchent le bar, qui sont responsables de la mort des 600 dauphins, souvent mutilés, retrouvés ces six dernières semaines sur les plages de l'Atlantique.

"Un chiffre énorme, pourtant bien en deçà de l'ampleur du phénomène", explique l'ONG. Elle rappelle également que d'après Pélagis, l'observatoire scientifique basé à la Rochelle, 80% des dauphins tués coulent en mer et n'atteignent jamais le rivage.

"Halte au carnage", demande Lamya Essemlali, la présidente de Sea Shepherd France, qui a supervisé cette opération en mer. "Il est plus qu'urgent que les consommateurs demandent des comptes sur la provenance du poisson qu'ils ont dans leur assiette", conclut la présidente du mouvement.