Vidéo GIEC : "Il y a de quoi être pessimiste. Dans les faits, rien ne s'est amélioré"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
Vagues de chaleur, tempêtes, inondations... Avec l'accélération du réchauffement climatique, ces événements extrêmes vont encore s'intensifier. Ce sont les conclusions du dernier rapport sur le climat du GIEC. Retour sur ce qu'il contient.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Vagues de chaleur, tempêtes, inondations... Avec l'accélération du réchauffement climatique, ces événements extrêmes vont encore s'intensifier. Ce sont les conclusions du dernier rapport sur le climat du GIEC. Retour sur ce qu'il contient.

Sécheresse et vagues de chaleur, cyclones et tempêtes, pluies torrentielles et inondations. Ces événements extrêmes vont encore s'intensifier. La fonte des glaces et la montée des eaux sont déjà irréversibles. Ce sont les conclusions du dernier rapport d'évaluation du GIEC, le Groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. "Quand on voit les événements qui ont eu lieu cet été, on voit qu'on a déjà des conséquences très importantes du réchauffement climatique. Idéalement, il aurait fallu agir beaucoup plus tôt et on aurait pu éviter ce genre d'événements, disons si on avait été plus rapide à agir", explique Sonia Seneviratne, climatologue.

Quid des Accords de Paris ?

Les Accords de Paris et la limite d'un réchauffement à 1,5 °C, ne seront pas respectés. "Le scénario avec le moins d'émission de Co2 arrive à peu près à +1,6 °C au milieu du siècle et redescend à peu près à +1,5 °C à la fin du siècle", précise la climatologue. Le pire scénario arrive au-dessus de 4 °C à la fin du siècle et, pour certains modèles, bien au-dessus de 5 °C. "Pour l’instant, on est plutôt sur une trajectoire qui nous amènerait à 3 °C de réchauffement global à la fin du siècle", ajoute Sonia Seneviratne. La hausse des températures va entraîner des sécheresses plus fortes et plus fréquentes et la France ne sera pas épargnée.

L'Arctique, zone la plus critique

Aussi, l'Arctique est la zone la plus critique. Les températures y progressent 2 à 4 fois plus vite que la tendance mondiale. La fonte des glaces entraîne une montée des eaux, un phénomène qui menace les îles du Pacifique, des Caraïbes et toutes les zones côtières, comme la Camargue. Un réchauffement climatique qui impacte aussi nos alliés naturels qui captent le carbone : les océans, les forêts, les cryosols ne vont plus jouer aussi bien leur rôle. "Malheureusement, ces puits de carbone deviennent moins efficaces quand on a une augmentation du réchauffement global", s'inquiète Sonia Seneviratne.

"On n'a vraiment plus le temps d'attendre"

Ce rapport servira de bases de travail aux dirigeants du monde entier réunis à la COP26 à Glasgow, en Écosse, en novembre prochain, pour définir les objectifs climatiques des prochaines années.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers COP25

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.