Loi Climat : le Parlement adopte définitivement le texte, un "tournant écologique" selon le gouvernement, un "manque d'ambition" pour les ONG

L'Assemblée nationale a largement soutenu le texte par 233 voix contre 35, après un vote à main levée au Sénat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, le 8 juin 2021 à l'Assemblée nationale. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Face à "l'urgence climatique", le Parlement a définitivement adopté, mardi 20 juillet, l'emblématique projet de loi "Climat et résilience". Un "tournant écologique" vanté par le gouvernement mais vivement critiqué par les ONG et la gauche pour son "manque d'ambition". L'Assemblée nationale a largement soutenu le texte par 233 voix contre 35, après un vote à main levée au Sénat.

Selon la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, cette loi représente une "bascule culturelle globale", "une écologie" de "bon sens" et "du quotidien" grâce à des mesures comme la suppression de lignes aériennes intérieures en cas d'alternatives en train de moins de 2h30, ou l'interdiction de mise en location des "passoires thermiques", logements classés G (en 2025) et F (en 2028).

Les critiques du Haut Conseil pour le climat

Des membres de la Convention citoyenne et les ONG environnementales pointent quant à eux le "détricotage" de leurs propositions. Des marches pour "une vraie loi Climat" ont été organisées ces derniers mois, et une nouvelle manifestation est prévue mardi aux abords de l'Assemblée.

Présenté début 2021, le projet de loi traduit une partie des 146 propositions de la Convention qu'avait retenues Emmanuel Macron. Le volet constitutionnel, afin de graver par référendum le climat dans la Loi fondamentale, a lui été abandonné faute d'accord entre les deux chambres.

Le Haut Conseil pour le climat, une instance indépendante, et le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française, émettent de sérieux doutes sur la capacité de l'Etat à respecter ses engagements de l'accord de Paris de 2015. Globalement, aux yeux de WWF France, "il n'y a pas eu de miracles et la loi reste très éloignée des objectifs climatiques et des attentes des citoyens". La gauche et les écologistes ont relayé ces critiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Convention citoyenne sur le climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.