Mike Horn se lance dans une nouvelle expédition en Arctique pour observer la faune marine après la crise du Covid-19

L'explorateur va notamment observer les baleines et comparer l'évolution des données collectées avant et après le coronavirus.

Article rédigé par
avec France Bleu Breizh Izel - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Mike Horn sur le pont du Pangaea, mardi 7 juillet, à Brest.  (NICOLAS OLIVIER / FRANCE BLEU BREIZH IZEL)

"On ne peut pas garder un lion en cage". Après un long confinement chez lui en Suisse, Mike Horn repart de Brest mercredi 8 juillet à l'assaut des glaces; à bord de son voilier Pangaea, rapporte France Bleu Breizh IzelSept mois après avoir frôlé la mort lors d'une expédition dans le Grand Nord, l'explorateur quitte le port breton direction le Groenland, avant d'effectuer une remontée vers le pôle Nord.

En décembre dernier, Mike Horn avait été secouru en urgence sur la banquise alors qu'il traversait à skis l'océan Arctique avec un coéquipier norvégien. "Mes derniers souvenirs de l'Arctique, c'était un peu la galère, livre-t-il à France Bleu Breizh Izel. Un combat pour rester vivant : la nuit noire, cent jours d'enfer, sans bouffe, sans fioul pour faire fondre de la glace pour boire... et personne qui peut vraiment venir vers toi." 

Quand on est revenu de son expédition en Arctique, il avait déjà dans l'idée de repartir au Groenland.

Bernard Stamm, skipper et ami de Mike Horn

à France Bleu Breizh Izel

Mais jamais l'aventurier n'a songé à arrêter, explique son ami le skipper Bernard Stamm à France Bleu Breizh Izel. Stamm sera à la barre du Pangaea dans cette aventure. "Ce n'est pas arrivé sur un coup de tête, c'est un truc qui a mûri petit à petit et qui est devenu une réalité." Les deux filles de Mike Horn font aussi partie de l'équipage. "Je pense qu'on sera toujours pas loin derrière avec ma sœur, explique Jessica. C'est la condition qu'on a imposée à notre père."  

L'expédition est cette fois dédiée à l'observation du retour de la vie dans l'Arctique, en particulier les baleines. L'objectif est de collecter des données, et de comparer avant et après le confinement. Trois youtubeurs sont aussi du voyage, invités par l'explorateur pour témoigner du changement climatique auprès des jeunes générations. "Si on peut vraiment montrer [aux jeunes] en temps réel comment c'est, je pense que ça va clarifier les choses. On peut influencer leur manière de voir notre planète, explique-t-il à France Bleu Breizh Izel. Et je pense que le partage aujourd'hui est devenu beaucoup plus important."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.