Sivens : six mois de prison avec sursis à l'encontre du gendarme qui avait blessé une femme avec une grenade

Le gendarme avait blessé grièvement à la main une femme lors d'une manifestation d'opposants au barrage de Sivens, en 2014.

Les forces de l\'ordre interviennent pour évacuer la ZAD de Sivens, en 2015.
Les forces de l'ordre interviennent pour évacuer la ZAD de Sivens, en 2015. (PASCAL PAVANI / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le gendarme qui avait blessé une femme avec une grenade à Sivens, dans le Tarn, en 2014, a écopé de six mois de prison avec sursis, selon les informations de France Bleu Occitanie. Il comparaissait, mardi 8 janvier, devant le tribunal de Toulouse, pour "violences volontaires ayant entraîné une ITT de 15 jours avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique".

Le 7 octobre 2014, il avait lancé une grenade de désencerclement dans une caravane à Sivens contre les opposants au projet de barrage. Elsa Moulin, une jeune femme de 25 ans à l'époque, militante anti-barrage, avait eu la main déchiquetée. L'affaire avait été éclipsée par une histoire similaire, bien plus dramatique : la mort trois semaines plus tard d'un jeune écologiste sur ce même site, Rémi Fraisse, tué par une grenade lancée par un gendarme là encore.

J'ai fait une erreur, c'était inappropriéle gendarmeà l'audience

"J'étais fatigué, on travaillait jour et nuit sur le barrage à Sivens", a déclaré le gendarme, à l'audience. "Votre mission était de tenir le terrain. Vous n'êtes pas auteur d'un acte d'imprudence, ce n'est pas par inattention que vous avez jeté la grenade, a martelé, de son côté, le ministère public. Vous avez commis un acte de violence".

Le parquet avait requis huit mois de prison avec sursis à son encontre. Le jugement a finalement été plus clément.