12 millions de Français en situation de précarité énergétique

Un Français sur cinq est situation de précarité énergétique selon l'Observatoire national de la précarité énergétique. Un chiffre qui augmente depuis la dernière étude, du fait des hausses de tarifs sur le gaz et l'électricité.

L\'augmentation des tarifs du gaz et de l\'électricité accroît la précarité énergétique
L'augmentation des tarifs du gaz et de l'électricité accroît la précarité énergétique (JULIO PELAEZ / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Selon le dernier rapport de l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), publié mardi 22 novembre, près de 6 millions de ménages (soit 12 millions de personnes) avaient du mal à payer leurs factures d'énergie en 2013. Soit 900 000 personnes de plus qu'en 2006, dernière année d'étude référencée dans un rapport de 2011. Une hausse qui s'explique par l'augmentation des prix du gaz et de l'électricité sur cette période. 

Un demi million de précaires énergétiques supplémentaires en deux ans

Or, "chaque fois que le prix de l'énergie augmente de 10%, 450 000 personnes basculent dans la précarité énergétique" affirme Bruno Léchevin qui estime que 500 000 personnes sont passées dans cette catégorie ces deux dernières années. "Concernant l'électricité, la facture moyenne a augmenté de 30 à 40% entre 2008 et 2016" explique le président de l'ONPE. Dans le même temps, les tarifs sociaux de l'énergie n'ont pas évolué.

Le chèque-énergie déjà jugé insuffisant

Les premières victimes sont les foyers à faibles revenus qui gagnent moins de 13 000 euros par an. Il s'agit principalement des familles monoparentales, des personnes isolées, des chômeurs. Parmi cette population, les locataires sont surreprésentés : ils habitent des logements anciens (construits avant 1975), humides et mal isolés. Pour tenter de subvenir aux besoins de cette catégorie de la population, l'Etat va mettre en place le chèque-énergie. Déjà testé dans quatre départements, il se substituera aux tarifs sociaux de l'énergie et sera versé à 4 millions de ménages à partir de 2018. Un chèque d'un montant moyen de 150 euros jugé "insuffisant" par l'ONPE.