Cet article date de plus de huit ans.

La nouvelle équipe dirigeante en place en Chine

Le XVIIIe congrès du PC chinois vient de s'achever. Une nouvelle équipe dirigeante a été nommée et l'homme fort du régime est désormais Xi Jinping. Un homme d'appareil qui devra réformer le pays et surtout l'assainir d'une corruption galopante.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les sept nouveaux dirigeants du PC chinois. (AFP/MARK RALSTON)

Ils sont arrivés à la queue leu-leu sur la scène du Palais du peuple à Pékin pour une séance de photos à l’attention de la presse internationale. La présentation officielle des sept membres de la nouvelle équipe dirigeante met un terme aux travaux du XVIIIe congrès du PCC. Un long processus de désignation qui a d'abord élu un nouveau comité central composé de 205 membres. Ces dignitaires ont ensuite choisi un Bureau politique de 25 membres, puis, stade ultime, le comité permanent de sept membres. De facto, ce comité dirigera la Chine. En mars prochain, Xi Jinping et son Premier ministre Li Keqiang succèderont à Hu Jin Tao et Wen Jia Bao.

[{iframe:http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7344c194a6f677b000072a/50a4bd2594a6f6293400385c?auth=1668345971-0-kc5zttql-105b4a6d3969e6b57a724a3ef7f8e492&w=640&h=360}]

Source CCTV, le 15 novembre 2012

Xi Jinping un homme d'appareil
Comme toujours en Chine, le nouvel homme fort a gravi toutes les marches de l’appareil du Parti. Fils d’un «héros révolutionnaire», entendez un proche de Mao, il est à ce titre un des «princes rouges» du régime. Comme tel, il a attendu gentiment que les places se libèrent. D’abord dirigeant provincial, puis de la ville de Shanghai, il intègre le Comité central du parti en 2007 et prend l’année suivante la vice-présidence de la République. Les observateurs le jugent plutôt conservateur, tant dans le domaine économique que politique. Ainsi Xi Jinping est-il un homme de compromis acceptable par tous.

[{iframe:http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7344c194a6f677b000072a/50a4b3c106361d092a0031ad?auth=1668346150-0-o4t9ybsm-2122504a453c5ae7bce8e064ea8b710f&w=640&h=360}]

France 2, commentaire Samah Soula, le 8 novembre 2012

Lutter contre la corruption
Hu Jintao lui a donné les clés de la maison Chine en lui demandant de lutter contre la corruption. Une corruption qui «pourra s’avérer fatale pour le Parti», a lancé l’ancien président à l’ouverture du Congrès. Il est vrai que des affaires ont secoué le pays, en particulier celle qui a conduit au limogeage de Bo Xilai, le rival de Xi Jinping.

Mais le nouveau timonier n’est pas forcément le mieux placé pour «faire le ménage». Il y a quelque mois l’agence américaine Bloomberg publiait une enquête selon laquelle la fortune cumulée de la famille de Xi Jinping s'élevait à plusieurs centaines de millions de dollars.

[{iframe:http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7344c194a6f677b000072a/50a4bd2106361d092d0038a1?auth=1668346653-0-c927k9jg-9f72f7e5fccf517babd82a4c2957cdd4&w=640&h=360}]

Source AP, le 15 novembre 2012

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.