Economie : pourquoi l'idée d'une monnaie unique entre la Russie, la Chine et le Brésil se fait-elle de plus en concrète ?

Le président brésilien Lula est en visite en Chine pour quatre jours. La question de la guerre en Ukraine sera un des dossiers importants abordés avec Xi Jinping, mais il sera aussi question d’échanges économiques très concrets.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le président brésilien Lula en avril 2023 à Brasilia. (MATEUS BONOMI / ANADOLU AGENCY)

Objectif : renforcer la coopération économique et peser plus lourd face au dollar. Le président brésilien Lula entame mardi 11 avril une visite de quatre jours en Chine. Il sera bien sûr question de la guerre Ukraine, mais aussi d'échanges économiques entre les deux pays membres des Brics. Ce groupe de pays dits "émergents" qui réunit le Brésil et la Chine, mais aussi l'Inde, la Russie et l'Afrique du Sud, a été créé en 2006, sous le premier mandat de l'ancien syndicaliste.

>> Au Brésil, Lula va atteindre son 100e jour au pouvoir avec un bilan mitigé

Ensemble, ces pays tentent de s'unir pour être plus compétitifs face au G7 en signant des coopérations, des alliances... et en montant aussi une structure économique commune. Les Brics ont en quelque sorte deux statues à déboulonner : le dollar comme monnaie de référence des échanges internationaux et le FMI, institution considérée par ces pays comme symbole de domination occidentale.

Avant sa rencontre avec Xi Jinping prévue vendredi 14 avril à Pékin, Lula est attendue à Shanghai pour assister à l'intronisation de l'ex-présidente de gauche du Brésil Dilma Rousseff (2011-2016) à la tête de la banque des Brics, justement.

Poutine insiste

Au-delà du volet économique, il sera question d'un projet, laissé en gestation depuis quelques années : la création d'une monnaie commune. Un objectif régulièrement remis sur la table par Vladimir Poutine, le président russe. 

"On comprend pourquoi, analyse Sylvie Matelly, économiste et directrice adjointe de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Alors que Vladimir Poutine est sanctionné par la plus grande partie des pays occidentaux, soit une part assez énorme de l'économie mondiale, il veut resserrer les liens avec ses partenaires. À commencer par les Brics, pour créer un instrument de paiement alternatif au dollar puisqu'il est sanctionné et qu'il a du mal à s'approvisionner autour du dollar."

Mais quelques obstacles se dressent encore avant la création d'une telle monnaie commune. Notamment la création d’une banque centrale et de règles harmonisées pour ce marché commun. En attendant la concrétisation de ce projet, la puissance des Brics est bien là. Depuis quelques jours, le PIB total des Brics dépasse celui de l’ensemble des pays du G7. Et les manœuvres récentes montrent qu’ils entendent mettre à profit leur moment économique pour gagner en poids diplomatique…

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.