Cet article date de plus de huit ans.

Chine-Taïwan : un sommet historique à Singapour

Les présidents chinois et taïwanais ont échangé une poignée de main remarquée ce samedi dans le monde entier. Il s'agit d'une première depuis la fin de la guerre civile en 1949.
Article rédigé par Philippe Reltien
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Les présidents chinois et taïwanais ont échangé une poignée de main historique samedi à Singapour © REUTERS / Edgar Su)

Le président chinois Xi Jinping et le président taïwanais Ma Ying-jeou se sont rencontrés ce samedi à Singapour. C'est une première entre dirigeants des deux entités depuis la fin de la guerre civile en 1949, marquée par la séparation entre la Chine continentale et Taïwan.

Un réchauffement en marche

Les deux régimes sont issus de la partition datant de 66 ans et ils ne se reconnaissent pas. Pour la Chine populaire, Taïwan est une province sécessionniste et pour Pékin, l'objectif est la réunification et la normalisation. Depuis 1971 à l'ONU, c'est le drapeau rouge qui représente la Chine et la plupart des pays, sauf le Vatican, ont coupé les ponts avec Taïwan, à la demande de Pékin qui a imposé sa ligne diplomatique, la "One China Policy", autrement dit une seule Chine. Les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni qui a cédé Hong-Kong à la Chine, se sont alignés.

L'objectif de Taïwan est officiellement le maintien du statu quo. La rencontre inédite à Singapour arrive deux mois avant les élections présidentielles et législatives prévues le 16 janvier à Taïwan. L'opposition y voit une manœuvre électorale. Le président Ma Ying-jeou, en fin de mandat, promet la transparence sur ce qui se dira, mais aucune déclaration commune n'est prévue. Il s'agit du début d'un dialogue direct au sommet qui doit se poursuivre, selon Pékin.

Le reportage de Philippe Reltien à Singapour à l'ouverture du sommet historique entre la Chine et Taïwan
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.