VIDEO. Au Bangladesh, des manifestations pour pointer l’insécurité routière

La peine de mort pour les conducteurs ayant délibérément causé un accident de la route mortel, c’est ce qu’envisage le gouvernement du Bangladesh pour stopper la crise que traverse le pays.

Voir la vidéo
BRUT

Des milliers d'étudiants dans les rues

Des dizaines de milliers d'étudiants sont dans les rues après la mort de deux jeunes collégiens, percutés par un bus. Ils dénoncent l’insécurité routière et l’absence de réaction du gouvernement. "Nous voulons que les autorités agissent fermement. Nous ne voulons pas de véhicules sans permis dans les rues, les personnes inaptes ne devraient pas obtenir de permis de conduire, nous ne voulons pas que des mineurs conduisent les transports en commun", a lancé un étudiant. Des automobilistes jugent également qu’il s’agit d’un "crime" et d’un "délit punissable". "Les conducteurs doivent être sévèrement punis, comme la peine de mort, pour que tout le monde fasse attention à l'avenir", a tonné un automobiliste.

Des manifestations violentes

Les manifestations ont très vite pris une tournure violente entre les étudiants et les forces de l’ordre. "Nous nous sentons tous menacés ici. Nous voulions une manifestation pacifique, nous ne voulons pas que des problèmes surviennent ici. Pourtant, des balles en caoutchouc ont été tirées sur nos frères à Mirpur. Ils ont été dispersés. Nous ne voulons pas de ça", a fustigé un autre étudiant.

Les étudiants en colère continuent de bloquer Dacca, la capitale du pays, pour obtenir gain de cause. Le gouvernement a lui coupé l’Internet mobile pour tenter d’endiguer les manifestations, puis proposé la peine de mort, en cas d’accident de la route mortel causé délibérément.

VIDEO. Au Bangladesh, des manifestations pour pointer l’insécurité routière
VIDEO. Au Bangladesh, des manifestations pour pointer l’insécurité routière (BRUT)