Cet article date de plus de huit ans.

Pakistan : les talibans attaquent une base aérienne près de Peshawar

Un premier bilan fait état de huit insurgés tués et d'une dizaine de soldats blessés, mais il risque de s'alourdir dans les prochaines heures. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des soldats et des policiers pakistanais prennent position autour de la base de Badaber, près de Peshawar (Pakistan), attaquée par des talibans, le 18 septembre 2015.   (A MAJEED / AFP)

Nouvel assaut des talibans pakistanais. Ils ont lancé une vaste attaque, vendredi 18 septembre, contre une base de l'armée de l'air pakistanaise près de Peshawar, la principale ville du nord-ouest du Pakistan. C'est dans cette ville qu'avait eu lieu en décembre 2014 un raid sanglant contre une école.

"Selon nos premières informations, entre sept et dix terroristes ont tenté de pénétrer dans la base" aux aurores, mais les militaires sont parvenus à endiguer leur progression, a déclaré le général Asim Bajwa, porte-parole de l'armée pakistanaise.

Le général a précisé que les opérations étaient toujours en cours dans la matinée afin de retrouver d'éventuels insurgés cachés sur la base de Badaber. Les forces pakistanaises "ont réagi rapidement et efficacement pour confiner les terroristes dans un espace restreint", a ajouté ce responsable, faisant état de huit insurgés tués et d'une dizaine de soldats blessés. Un bilan qui risque de s'alourdir dans les prochaines heures. 

Un commando de kamikazes

"L'attaque a débuté tôt ce matin avec des tirs de grenades et d'armes automatiques", a déclaré un témoin qui tient un commerce à proximité de cette base militaire. "Nous étions en train de prier dans une mosquée tout près. C'était impossible d'en sortir par la porte principale, alors nous avons sauté par la fenêtre pour nous enfuir", a-t-il ajouté.

Dans un courriel à l'AFP, le porte-parole du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), un regroupement de factions islamistes armées en lutte depuis huit ans contre le gouvernement et l'armée, a revendiqué cet assaut mené, selon lui, par un "commando de kamikazes".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.