Guerre en Ukraine : près de la moitié du système énergétique national est "hors d'état de fonctionner", alerte Kiev

Alors que la neige commence à s'abattre sur le pays, l'Ukraine a demandé, vendredi, "un soutien supplémentaire" de l'UE pour faire face à cette crise énergétique.

Une personne marche dans une rue enneigée de Lviv, dans l\'ouest de l\'Ukraine, le 18 novembre 2022.
Une personne marche dans une rue enneigée de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, le 18 novembre 2022. (OLENA ZNAK / ANADOLU AGENCY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

L'hiver approche et les capacités énergétiques ukrainiennes fondent. "Près de la moitié de notre système énergétique a été mis hors d'état de fonctionner", a déploré le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, vendredi 18 novembre, lors d'une conférence de presse à Kiev. Il a demandé "un soutien supplémentaire" de l'Union européenne pour faire face à cette situation, notamment causée par des frappes russes contre les installations ukrainiennes. Ce direct est terminé.

Moscou accuse Kiev de "crime de guerre". Le ministère de la Défense russe a accusé l'Ukiraine d'avoir exécuté "brutalement" plus de 10 militaires "immobilisés", après la publication sur les réseaux sociaux de deux vidéos, présentées comme des images de l'exécution de militaires russes qui venaient de se rendre aux forces ukrainiennes. Moscou dénonce ainsi un "meurtre délibéré et méthodique", "avec des tirs directs dans la tête".

Plus de dix millions d'Ukrainiens privés d'électricité. Au lendemain de nouvelles frappes russes dans plusieurs villes, dont Kiev, des millions de personnes n'ont plus de courant. Ces bombardements répétitifs sont survenus durant les premières neiges, alors que le mercure pourrait descendre jusqu'à -10°C dans les prochains jours.

Des experts ukrainiens sur le site de l'explosion. Au lendemain de leur arrivée en Pologne, les experts ukrainiens ont pu accéder, vendredi, à la zone détruite par un missile mardi. Ils "ont commencé leur travail", a annoncé le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba. D'après Varsovie, il est "hautement probable" que le missile provienne de la défense antiaérienne ukrainienne.

Des travaux de fortification russes en Crimée. La Russie a annoncé qu'elle effectuait des "travaux de fortification" dans la péninsule de Crimée annexée, après le repli de ses soldats dans la région ukrainienne voisine de Kherson. Il s'agit de "garantir la sécurité des Criméens", selon le gouverneur installé par Moscou, après l'annexion de la péninsule ukrainienne en 2014.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

20h09 : Il est 20 heures, nous faisons un point sur l'actualité de la journée :

L'avion de combat européen se précise. Un accord a été trouvé, notamment entre Dassault et Airbus. Emmanuel Macron salue "un grand pas en avant".


"Près de la moitié" du système énergétique est "hors d'état de fonctionner" après les frappes russes, selon le Premier ministre ukrainien. Suivez notre direct.

#MILLAS La conductrice du bus scolaire, dans lequel six enfants sont morts en 2017, est condamnée à cinq ans de prison, dont quatre avec sursis. Elle a fait appel de sa condamnation.

#ASSURANCE_CHOMAGE Les députés de la Nupes annoncent déposer un recours devant le Conseil constitutionnel à propos du projet de loi sur l'assurance-chômage.

18h04 : Il est 18 heures, on s'arrête un instant sur les titres :

"Près de la moitié" du système énergétique "hors d'état de fonctionner" après les frappes russes, selon le Premier ministre ukrainien. Suivez notre direct.

#MILLAS La conductrice du bus scolaire, dans lequel six enfants sont morts en 2017, est condamnée à cinq ans de prison, dont quatre avec sursis. Elle a fait appel de sa condamnation.

Un militaire est mort hier soir, lors d'un exercice, dans le Var. Il a été percuté par un train, a annoncé le ministère des Armées.

#ASSURANCE_CHOMAGE Les députés de la Nupes annoncent déposer un recours devant le Conseil constitutionnel à propos du projet de loi sur l'assurance-chômage.

16h40 : La Pologne a refusé à la délégation russe l'entrée sur son sol pour une réunion ministérielle de l'OSCE prévue début décembre à Lodz (centre), annonce à l'AFP le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères.

15h42 : Denys Chmygal a réclamé "un soutien supplémentaire" de l'UE pour faire face à cette situation, lors d'une conférence de presse à Kiev avec Valdis Dombrovskis, le vice-président de la Commission européenne.

15h40 : rès de la moitié" du système énergétique "hors d'état de fonctionner" après les frappes russes, annonce le Premier ministre ukrainien.

15h19 : Les Pays-Bas ont convoqué l'ambassadeur russe, après que Moscou a dénoncé un verdict "politique" dans le procès pour le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines en 2014.

"Ce faisant, la Russie discrédite l'Etat de droit néerlandais. C'est absolument inacceptable", a déclaré le ministère néerlandais des Affaires étrangères dans un communiqué à l'AFP, au lendemain de la condamnation de deux Russes et d'un Ukrainien à la réclusion à perpétuité.

14h16 : Ukrainian experts are already working at the site of the tragedy in Przewodów caused by Russian missile terror against Ukraine. I am grateful to the Polish side for granting them access. We will continue our cooperation in an open and constructive manner, as closest friends do.

14h16 : Des experts ukrainiens ont commencé leur travail sur le site polonais touché mardi par un projectile, annonce le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kuleba. "Je remercie la partie polonaise pour leur avoir autorisé l'accès."

13h35 : "Je n'ai pas encore vu" de tortures "à une telle échelle". Dmytro Loubynets, chargé des droits humains au Parlement ukrainien, a décrit, hier à la télévision nationale, les exactions constatées à Kherson après le départ des forces russes. Voici ce que l'on sait pour l'instant de ces accusations contre l'armée russe, qui a occupé cette grande ville du sud du pays pendant huit mois.



(METIN AKTAS / ANADOLU AGENCY / AFP)

13h29 : Do południowej granicy Polski eskortowały nas samoloty F16! ✈️ Dziękujemy i pozdrawiamy panów pilotów! 🇵🇱 https://t.co/7WLuM1QrhZ

13h29 : La Pologne préfère prendre ses précautions après la chute d'un projectile sur son territoire, mardi, à la frontière avec l'Ukraine. Ainsi, deux avions de chasse F-16 ont hier escorté l'avion de l'équipe nationale de football, en direction du Qatar. Cette mission a été assurée sur le territoire polonais, jusqu'à la frontière Sud.

12h16 : En Ukraine, la ville de Kherson a été libérée, il y a tout juste une semaine. Après près de neuf mois d'occupation russe, l’armée ukrainienne a pu récupérer la ville, aidée de l’intérieur, par une poignée de résistants. L'un deux raconte à franceinfo.




(BULENT KILIC / AFP)

12h01 : Midi, voici un nouveau point sur l'actualité de la matinée :

L'enquête préliminaire menée par la Suède conclut à un sabotage des gazoducs Nord Stream fin septembre.

Sergueï Aksionov, le gouverneur installé par Moscou après l'annexion de la Crimée en 2014, annonce que "des travaux de fortification sont menés sous [s]on contrôle sur le territoire de la Crimée afin de garantir la sécurité des Criméens". Cette décision intervient après le retrait des forces russes de Kherson. Suivez notre direct.


#ENERGIE Il existe un risque "élevé" de tensions sur le réseau électrique français en janvier, prévient le gestionnaire du réseau de transport d'électricité (RTE). Ce risque de tensions est lié à un redémarrage plus lent que prévu de réacteurs nucléaires EDF à l'arrêt.

#CARBURANT "La moitié des ménages français" bénéficiera de "l'indemnité carburant travailleurs" à partir du 1er janvier, annonce la Première ministre, Elisabeth Borne, dans un entretien aux Echos (article pour les abonnés). Les ménages éligibles recevront leur "versement dès le début de l'année".

11h21 : C'est une première depuis le début de la guerre. Ce soir, un train va partir de Kiev pour se rendre à Kherson, annonce l'armée, qui a donné son feu vert à la compagnie ferroviaire Ukrzaliznytsya. Quelque 200 passagers seront à bord, et ils arriveront demain dans la matinée. Les voitures du train ont été peintes par des artistes ukrainiens, afin de célébrer la reprise de la ville.

11h17 : Le conseiller à la présidence ukrainienne Kyrylo Timoshenko affirme sur Telegram que les habitants de Kherson "ont besoin de beaucoup d'aide". "Les Russes ont non seulement tué, miné, mais aussi volé les villes et villages. En fait, il n'y a rien", assure-t-il.

10h55 : Près de 4,8 millions d'Ukrainiens sont arrivés en Russie depuis le début de la guerre, annonce le ministère des Situations d'urgence russe.

11h15 : Sergueï Aksionov, le gouverneur installé par Moscou après l'annexion de la Crimée en 2014, annonce que "des travaux de fortification sont menés sous [s]on contrôle sur le territoire de la Crimée afin de garantir la sécurité des Criméens". Cette décision intervient après le retrait des forces russes de Kherson.

10h14 : "Le travail d'analyse (...) se poursuit afin de pouvoir tirer des conclusions plus sûres sur l'incident", poursuit dans son communiqué le procureur en charge de cette enquête préliminaire suédoise, Mats Ljungqvist. "L'enquête est vaste et complexe."

09h58 : "L'enquête montre qu'il s'agit d'un cas de sabotage", déclare le procureur en charge de l'enquête préliminaire menée en Suède dans un communiqué (en suédois). "Plusieurs saisies ont été effectuées et, entre autres, des objets étrangers ont été trouvés. Lors des analyses effectuées, des résidus d'explosifs ont été identifiés sur plusieurs des objets étrangers saisis."

09h53 : Le 26 septembre, quatre énormes fuites de gaz avaient été détectées sur les gazoducs Nord Stream reliant la Russie à l'Allemagne. Les inspections préliminaires sous-marines avaient renforcé les soupçons de sabotage, les fuites ayant été précédées d'explosions, selon les enquêteurs.

09h59 : L'enquête préliminaire menée par la Suède conclut à un sabotage des gazoducs Nord Stream fin septembre.

09h48 : "Nous allons continuer à augmenter les sanctions" à l'encontre de la Russie, déclare sur franceinfo Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur. Thierry Breton accuse Vladimir Poutine d'avoir un comportement "inadmissible, scandaleux, inhumain".

09h17 : 9 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

Plus de dix millions d'Ukrainiens étaient privés d'électricité ce matin, après de nouvelles frappes russes qui ont ciblé plusieurs villes hier. Selon le bureau du procureur général sur Telegram, la frappe qui a touché Vilniansk, près de Zaporijjia, a fait dix morts. Suivez notre direct.


#CARBURANT "La moitié des ménages français" bénéficiera de "l'indemnité carburant travailleurs" à partir du 1er janvier, annonce la Première ministre, Elisabeth Borne, dans un entretien aux Echos (article pour les abonnés). Les ménages éligibles recevront leur "versement dès le début de l'année".


Le tribunal correctionnel de Marseille rend en début d'après-midi son jugement sur la responsabilité de la conductrice dans l'accident entre un car scolaire et un TER en décembre 2017 à Millas (Pyrénées-Orientales), qui avait fait six morts.

Pyongyang a lancé aujourd'hui un missile balistique intercontinental tombé au large du Japon. La Corée du Nord "répète les actes de provocation à une fréquence sans précédent. Nous réitérons avec force que c'est absolument inacceptable", a dénoncé le Premier ministre japonais, Fumio Kishida.

08h48 : 🗣 Missile tombé en Pologne ➡️ “L’origine, c’est la guerre de Vladimir Poutine”, fustige Thierry Breton. “Les Ukrainiens se défendent. On verra l’attribution. Nous vivons là les conséquences de cette guerre.” Il salue “le courage immense” de V. Zelensky.

09h02 : "Nous vivons là les conséquences de cette guerre." Sur franceinfo, le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, revient sur le missile qui a tué deux personnes en Pologne mardi, près de la frontière ukrainienne. "Les Ukrainiens se défendent (...) On verra pour l’attribution" concernant le projectile à l'origine du drame, déclare-t-il, soulignant que "l'origine, c'est la guerre de Vladimir Poutine".

08h07 : Selon le bureau du procureur général d'Ukraine sur Telegram, la frappe qui a touché Vilniansk, près de Zaporijjia hier a fait dix morts. Un précédent bilan faisait état de quatre morts.

08h01 : "Ces frappes, on les condamne fermement. Ce sont des actes constitutifs de crimes de guerre."

Invitée de franceinfo ce matin, Anne-Claire Legendre, porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, revient sur les frappes russes qui ont visé plusieurs villes ukrainiennes hier, et sur le fait que la Russie continue de cibler des infrastructures civiles. "Ces actes sont des violations graves du droit international humanitaire", souligne-t-elle.

06h13 : Emmanuel Macron appelle les pays d'Asie-Pacifique à se joindre au "consensus croissant" contre la guerre en Ukraine, lors du sommet de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC). "La priorité numéro un de la France est de contribuer à la paix en Ukraine et d'essayer d'avoir une dynamique mondiale pour mettre la pression sur la Russie", a déclaré le président, qui compte pour cela "travailler très étroitement avec la Chine, l'Inde, toute la région, le Moyen-Orient, l'Afrique, l'Amérique latine". "Cette guerre est aussi votre problème", a-t-il lancé.

06h07 : 6 heures, voici les principaux titres de l'actualité :

Plusieurs villes ukrainiennes ont de nouveau subi des frappes russes hier. "Environ dix millions" d'Ukrainiens ont été privés d'électricité en conséquence, selon Volodymyr Zelensky.

Kiev a dénoncé hier un nombre "horrible" de cas de tortures à Kherson sous l'occupation russe. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a également annoncé l'arrivée d'une délégation ukrainienne en Pologne, après le missile qui a fait deux morts mardi. Voici ce qu'il faut retenir de la journée d'hier.

Le Parlement a adopté définitivement le projet de loi "portant mesures d'urgence" en vue "du plein emploi", qui ouvre la voie à une nouvelle réforme de l'assurance-chômage en 2023. Le texte prévoit notamment une modulation de l'indemnisation selon la conjoncture économique. Voici les principaux points de cette réforme.


Le tribunal correctionnel de Marseille rend en début d'après-midi son jugement sur la responsabilité de la conductrice dans l'accident entre un car scolaire et un TER en décembre 2017 à Millas (Pyrénées-Orientales), qui avait fait six morts.