De la cocaïne dans les valises : trois histoires de Français qui finissent en prison

Liana Guillon doit être condamnée mardi en République dominicaine pour trafic international de drogue. Francetv info revient sur les parcours de Français qui affirment avoir été piégés et qui clament leur innocence.

Liana Guillon lors de son procès, le 8 octobre 2012 à Puerto Plata (République dominicaine).
Liana Guillon lors de son procès, le 8 octobre 2012 à Puerto Plata (République dominicaine). (ERIKA SANTELICES / AFP)

Pour eux, les vacances au soleil se sont terminées à l'ombre des barreaux. Ils étaient partis en voyage de noces ou pour un premier séjour au long cours, comme tant d'autres anonymes, noyés dans le flot des touristes. Loin de chez eux, ces Français sans histoire ont vu leurs vacances bouleversées quand la police à découvert dans leurs bagages des produits stupéfiants. Alors que Liana Guillon comparaît, mardi 18 décembre, en République dominicaine pour trafic international de drogue, francetv info revient sur son cas et sur deux autres parcours de Français qui affirment avoir été piégés et qui clament (ou ont clamé) leur innocence depuis une prison étrangère.

Liana Guillon : 11 kilos de cocaïne à Puerto Plata

29 avril 2012. La lune de miel touche à sa fin, Christophe et Liana Guillon font leurs adieux à la République dominicaine et s'apprêtent à monter dans l'avion pour Paris, avec leur bébé dans les bras. Bientôt le retour au travail pour lui, ingénieur informatique, et pour elle, employée de la Sécu, à Pontoise (Val-Oise). Ou presque. Dans le bagage de cabine de Liana, les autorités dominicaines découvrent 11 kilos de cocaïne. Le couple affirme avoir été "piégé" par des trafiquants. Leur avocat parle de "substitution du contenu de leur valise par de la drogue". La justice écarte leur version, caméras de surveillance à l'appui, et affirme qu'à aucun moment Liana Guillon n'a perdu de vue son sac. Direction la prison de Santiago de los Caballeros, la deuxième ville du pays.

Le 8 octobre, Christophe Guillon est remis en liberté à l'issue d'une audience préliminaire. Son épouse est, elle, reconnue coupable de trafic de drogue. Sa peine, qui peut s'élever jusqu'à vingt ans de réclusion, doit être annoncée mardi. "Elle ne va pas tenir le coup, elle ne voit pas ses enfants, elle se nourrit au minimum, elle ne va pas bien", s'inquiétait sa belle-sœur, en octobre, dans cette vidéo.

Voir la vidéo
François Miguet - France 2

Céline Faye et Sarah Zaknoun : 6 kilos de cocaïne à Puerto Plata

"Qui part en vacances en se disant 'Je peux me retrouver en prison' ? Personne." Céline Faye et Sarah Zaknoun ont passé dix-huit mois de détention en République dominicaine. Tout juste majeures, les deux jeunes touristes, amies d'enfance, sont arrêtées en juin 2008 avec 6 kilos de cocaïne dans leurs bagages – de la drogue placée à leur insu, selon elles. Malgré une condamnation à huit ans de prison, l'histoire se termine plus tôt que prévu, le 23 décembre 2009, à la faveur d'une grâce de Noël du président dominicain, comme le rapporte Le Figaro.

"Elle essaye d'oublier", lâche aujourd'hui la mère de Céline Faye, contactée par francetv info. Le retour des deux étudiantes, en compagnie du secrétaire d'Etat à la Coopération de l'époque, Alain Joyandet, avait été largement médiatisé, tout comme leur détention, notait Arrêt sur images. "On va se reposer auprès de la famille, à la maison", avait annoncé Sarah Zaknoun à son retour, tout en continuant à clamer son innocence : "On n'a rencontré personne [durant nos vacances], on est resté six jours... Ce qui s'est passé, Dieu seul le sait, et c'est pour ça qu'il nous a aidées. Parce que huit ans de prison confirmés qui deviennent une grâce, c'est un miracle."

Sabah Ezzedi : 684 grammes de cocaïne à Istanbul

"Elle n'est pas à la maison, elle est partie déjeuner au Quick, pour la première fois depuis six ans." C'est le fils de Sabah Ezzedi qui répond au téléphone. Sa mère est de retour à Castelculier (Lot-et-Garonne) depuis le 16 décembre 2012, après quatre années de détention en Turquie et un peu plus d'un an à la prison de Roanne (Loire). Bénéficiant d'une libération conditionnelle, elle ne veut pas encore parler de son histoire. Tout juste affirme-t-elle à Sud Ouest qu'elle a "failli y laisser [sa] vie" et qu'à son retour en France, elle pesait "30 kilos""Tout a changé" depuis son départ de chez elle, "même la route, je ne l'ai pas reconnue".

Sabah Ezzidi (à droite) retrouve les siens après cinq ans et demi de détention, dont cinq en Turquie, le 16 décembre 2012 à Castelculier (Lot-et-Garonne).
Sabah Ezzidi (à droite) retrouve les siens après cinq ans et demi de détention, dont cinq en Turquie, le 16 décembre 2012 à Castelculier (Lot-et-Garonne). ( / MAXPPP)

Comme le rappelle Sud Ouest, cette mère célibataire a été interpellée en juin 2007 à l'aéroport d'Istanbul avec 684 grammes de cocaïne dans une valise à son nom, remise par un ami et dont elle ignorait le contenu. Clamant son innocence, elle a été condamnée en mai 2009 à douze ans et demi de prison. Grâce notamment à des interventions politiques, dont celle du maire d'Agen, elle a obtenu son transfèrement en France en mai 2011.