Zimbabwe : le parti de Robert Mugabe menace de le destituer

La Zanu-PF, qui a évincé Robert Mugabe de sa direction dimanche 19 novembre, le somme de quitter le pouvoir lundi.

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe, lors de son allocution télévisée à Harare (Zimbabwe), le 19 novembre 2017. 
Le président du Zimbabwe Robert Mugabe, lors de son allocution télévisée à Harare (Zimbabwe), le 19 novembre 2017.  (STR / AFP)

Le Zimbabwe tout entier s'attendait à sa démission, dimanche 19 novembre, dans la soirée. Le président Robert Mugabe, au pouvoir depuis 1980, a créé une énorme surprise en ne tenant aucun compte des appels à sa démission. Lors d'une déclaration péniblement prononcée en direct à la télévision, le plus vieux dirigeant du monde, âgé de 93 ans, a assuré qu'il présiderait le mois prochain le congrès de la Zanu-PF, le parti au pouvoir, qui l'avait pourtant évincé quelques heures plus tôt de sa direction.

Un ultimatum lundi à 11 heures

La Zanu-PF a par ailleurs lancé un ultimatum au président du Zimbabwe, le sommant de quitter le pouvoir d'ici lundi à 10 heures (11 heures en France), faute de quoi la direction du mouvement lancera une procédure de destitution. Le parti a également nommé Emmerson Mnangagwa candidat officiel à l'élection présidentielle de 2018, à la place de Robert Mugabe. L'impopulaire Première dame, Grace Mugabe, qui briguait ouvertement sa succession, a elle été exclue de la Zanu-PF.

Dans la nuit de mardi à mercredi 15 novembre, les militaires ont pris le contrôle du pays, en protestation contre la décision du chef d'Etat de limoger son vice-président, Emmerson MnangagwaDepuis son coup de force, l'armée tente de négocier à l'amiable le départ du président Mugabe, afin de préserver son statut de héros de la guerre d'indépendance.