Dans le nord du Mali, la France continue de combattre les jihadistes d'Aqmi

Les parachutistes du régiment de Pamiers ont pris position sur le terrain, où l'armée française est présente depuis deux ans. 

GERARD GRIZBEC et FRADERIC RANC – FRANCE 2

Les forces militaires françaises au nord du Mali ont pour objectif de ne pas laisser les jihadistes se réinstaller dans les zones qu'ils ont conquises il y a deux ans, avec l'aide des soldats maliens. Sjaak Rijke, un Néerlandais de 54 ans détenu par le groupe islamiste Aqmi depuis novembre 2011, a été libéré, lundi 6 avril à l'aube, par des soldats des forces spéciales françaises.

3 000 militaires français présents au Sahel

Les parachutistes du régiment de Pamiers (Ariège) prennent position sur le terrain, là où ils ont vaincu les jihadistes d'Aqmi. Sous une chaleur accablante, les soldats arpentent la zone désertique et rocheuse en coordination avec la base française située à Tessalit, une ville au nord-est du Mali.
Ils cherchent le matériel caché par les islamistes : obus de fabrication russe, roquettes, treillis neufs, cartouches et téléphones portables modifiés, qui peuvent être utilisés pour le déclenchement d'une bombe à distance. Nuit et jour, les soldats français sont aux aguets avec des tirs de mortiers en diversion pour couvrir d'autres parachutistes. Au total, 3 000 militaires français sont toujours présents au Sahel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le 92e régiment d\'infanterie le 8 avril 2013 à Mujao, dans le nord du Mali.
Le 92e régiment d'infanterie le 8 avril 2013 à Mujao, dans le nord du Mali. (JOEL SAGET / AFP)