Soudan : l'Organisation mondiale de la santé alerte sur les "risques biologiques" après l'occupation d'un laboratoire par des combattants

Le laboratoire contient des échantillons des agents pathogènes de la rougeole, du choléra et de la poliomyélite.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'ambassade indonésienne à Khartoum, au Soudan, le 23 avril 2023. (INDONESIAN EMBASSY KBRI KHARTOUM / MAXPPP)

Une situation périlleuse. Les risques biologiques sont "très élevés" au Soudan après l'occupation d'un laboratoire national de santé par des belligérants, a alerté mardi 25 avril l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "J'ai reçu hier un appel téléphonique du chef du laboratoire central de santé publique. Il est occupé par l'une des parties combattantes", a déclaré en visioconférence le représentant de l'OMS au Soudan, Nima Saeed Abid.

>> Suivez les dernières informations relatives à la situation au Soudan dans notre direct

"Ils ont enlevé tous les techniciens du laboratoire qui est maintenant complètement sous le contrôle d'une des parties combattantes comme base militaire", a-t-il ajouté. Il a souligné que la situation est "extrêmement dangereuse" car le laboratoire contient des échantillons des agents pathogènes de la rougeole, du choléra et de la poliomyélite. Cette occupation présente donc un "risque biologique énorme", a-t-il insisté.

Des attaques contre le secteur de la santé

Le choléra est une maladie diarrhéique aiguë, dont on peut mourir en quelques heures en l'absence de traitement. La rougeole est elle une maladie virale extrêmement contagieuse, tout comme la poliomyélite qui touche en grande partie les enfants âgés de moins de 5 ans.

L'OMS a par ailleurs pu jusqu'à présent vérifier 14 attaques contre le secteur de la santé au Soudan depuis le début des violences, qui ont fait huit morts et deux blessés. "Les attaques contre les soins de santé sont répréhensibles et doivent cesser", a demandé l'organisation. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.