Soudan du Sud : les Dinkas, une vie pastorale

A la saison sèche, ces agriculteurs-pasteurs descendent des hautes terres vers le Nil.

Indépendant depuis 2011, le Soudan du Sud connaît des violences entre les deux principales ethnies du pays, les Dinkas et les Nuers. Pendant la saison sèche, les Dinkas déplacent des hautes terres vers les basses terres leurs troupeaux. Une transhumance sous haute surveillance.

La photographe Stefanie Glinski s’est rendue en 2018 au camp de Mingkaman, dans l’Etat de Lacs. 15 photos illustrent ce propos.

115
12 millions d'habitants vivent au Soudan du Sud, dont plus d’un tiers appartiennent à l’ethnie Dinka. STEFANIE GLINSKI / AFP
215
Les trois-quarts sont chrétiens et adorent le dieu Nhialic. 20% sont animistes et une petite minorité musulmans. Pendant la prière, enfants et adultes jouent de la musique. STEFANIE GLINSKI / AFP
315
Agriculteurs-pasteurs, les Dinkas consacrent une grande partie de leur vie à s’occuper de leur bétail : vaches, moutons et chèvres. STEFANIE GLINSKI / AFP
415
La grande majorité vit dans les régions de Bahr al-Ghazal (dans le bassin du Nil), du Nil Supérieur et de Jonglei. STEFANIE GLINSKI / AFP
515
Pendant la saison sèche, l’accès à l’eau potable est difficile. Les pasteurs descendent des hautes terres vers le Nil. STEFANIE GLINSKI / AFP
615
Entre les mois de décembre et d’avril, les Dinkas font paître leur bétail dans les zones marécageuses du sud du pays où se trouvent les pâturages. STEFANIE GLINSKI / AFP
715
La plupart des bovins sont de race abigar, reconnaissables à leurs immenses cornes pointues. Plus d’un demi-million de bêtes sont présentes au Soudan du Sud et en Ethiopie. STEFANIE GLINSKI / AFP
815
Les animaux font partie intégrante de la culture dinka. Ces derniers sont utilisés pour fournir la nourriture et le lait mais sont aussi offerts comme cadeaux de mariage. STEFANIE GLINSKI / AFP
915
A leur majorité, les garçons reçoivent un bœuf. Ils accolent alors à leur nom celui du bœuf. STEFANIE GLINSKI / AFP
1015
Les jeunes filles participent aussi à la vie du camp. Den a 14 ans. Elle garde le  bétail, fait la cuisine et aide au nettoyage. STEFANIE GLINSKI / AFP
1115
A l’aube, les plus jeunes brûlent des bouses de vache pour réchauffer le camp.   STEFANIE GLINSKI / AFP
1215
Puis les cendres sont utilisées pour protéger les corps des coups de soleil et des moustiques. STEFANIE GLINSKI / AFP
1315
Quant à l’urine de bovin, elle permet de nettoyer les cheveux et de les teindre. STEFANIE GLINSKI / AFP
1415
Les hommes sont armés pour surveiller leur troupeau. Une vache peut couter 400 euros. Chaque année, 350 000 bovins sont volés et plus de 2 500 personnes tuées par des voleurs de bétail.   STEFANIE GLINSKI / AFP
1515
Mais le danger peut parfois aussi venir du sol. Ici, un bovin est mort après une piqure de scorpion. STEFANIE GLINSKI / AFP