Cet article date de plus de cinq ans.

LA PHOTO. Mogadiscio: l'école, une chance pour les enfants du camp de Badbado

En 2011, les Somaliens victimes de la famine ont convergé vers la capitale, en quête de nourriture, d'eau, d'abri et d'assistance. Sept ans après, la moitié des 12,3 millions d'habitants du pays a besoin d'une aide humanitaire. Géré par le gouvernement, l'immense camp de Badbado, situé à neuf kilomètres à l'ouest de Mogadiscio, sur la route d'Afgooye, ne désemplit pas.
Article rédigé par Dominique Cettour-Rose
France Télévisions
Publié
de jeunes enfants apprennent à lire et à compter dans une classe de fortune. Depuis mai 2017, des étudiants provenant de diverses universités assurent des cours gratuits à quelque 600 filles et garçons de moins de 16 ans. De nombreuses familles déplacées à Badbado viennent du camp de réfugiés tentaculaire de Dadaab au Kenya après l'annonce de sa fermeture. Le nombre de déplacés par le conflit et la sécheresse en Somalie devait atteindre trois millions fin 2017, selon les prévisions de l'UNHCR.  (Mohamed ABDIWAHAB / AFP )

Dans le camp de Badbado, le 25 juin 2018, de jeunes enfants apprennent à lire et à compter dans une classe de fortune. Depuis mai 2017, des étudiants provenant de diverses universités assurent des cours gratuits à quelque 600 filles et garçons de moins de 16 ans. De nombreuses familles déplacées à Badbado viennent du camp de réfugiés tentaculaire de Dadaab au Kenya après l'annonce de sa fermeture. Le nombre de déplacés par le conflit et la sécheresse en Somalie devait atteindre trois millions fin 2017, selon les prévisions de l'UNHCR

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.