Ce que l'on sait de la tentative de coup d'Etat au Burkina Faso

Des militaires en uniforme ont annoncé lundi à la télévision nationale avoir pris le pouvoir au Burkina Faso, s'engageant au "retour à un ordre constitutionnel" dans "un délai raisonnable".

Article rédigé par
Avec AFP - Falila Gbadamassi
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Le siège de campagne du Mouvement pour le progrès du peuple (MPP), le parti au pouvoir, a été incendié à Ouagadougou par un groupe de jeunes soutenant le rôle de l'armée et opposés au président Roch Marc Christian Kaboré, le 23 janvier 2022. (OLYMPIA DE MAISMONT / AFP)

La situation politique au Burkina Faso reste incertaine, lundi 24 janvier. Le président Roch Marc Christian Kaboré a été arrêté et est détenu, selon des sources sécuritaires contactées par l'AFP, à la caserne Sangoulé Lamizana, située dans la capitale Ouagadougou, ainsi que le chef du Parlement et des ministres. Dans une allocution télévisée, des militaires en uniforme ont annoncé avoir pris le pouvoir, s'engageant au "retour à un ordre constitutionnel" dans "un délai raisonnable". Voici ce que l'on sait. 

Des tirs dans plusieurs camps militaires

L'arrestation probable du président Kaboré, annoncée lundi 24 janvier, est l'épilogue d'une mutinerie qui s'est déclarée dans plusieurs casernes du Burkina Faso pour réclamer le départ des chefs de l'armée et des "moyens adaptés" à la lutte contre les jihadistes qui frappent ce pays depuis 2015. Des tirs ont été ainsi entendus toute la journée du dimanche 23 janvier dans plusieurs camps militaires, notamment ceux de Sangoulé Lamizana, de Baba Sy et sur la base aérienne à Ouagadougou. Des mutineries ont également éclaté à Kaya et Ouahigouya, dans le nord du Burkina, où sont concentrées la majorité des attaques jihadistes, selon des habitants et des sources militaires. En fin de journée, des tirs ont été entendus près de la résidence du chef de l'Etat.

Dans un communiqué pointant les informations diffusées sur les réseaux sociaux, rapporte Le Faso.net, le gouvernement avait reconnu dans la journée du 23 janvier des tirs dans plusieurs casernes, tout en démentant "une prise de pouvoir par l'armée". Dans la soirée, le président Kaboré avait décrété "jusqu'à nouvel ordre" un couvre-feu de 20 heures à 5h30 (locales et GMT) et le gouvernement avait annoncé la fermeture des écoles lundi et mardi.

Le président "aux mains des soldats"

Le chef de l'Etat burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, a été arrêté et est en détention au camp Sangoulé Lamizana de Ouagadougou qui abrite la Maison d'arrêt et de correction des armées (Maca), une prison militaire. "Le président Kaboré, le chef du Parlement (Alassane Bala Sakandé) et des ministres sont effectivement aux mains des soldats", à la caserne Sangoulé Lamizana de Ouagadougou, a déclaré à l'AFP une source sécuritaire, information confirmée par une autre source au sein des services de sécurité.

Dans un communiqué diffusé le 24 janvier, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui s'était dite de nouveau préoccupée par la situation au Burkina Faso a déclaré qu'elle tenait "les militaires responsables de l'intégrité physique" du président burkinabè.

Le parti du président a par la suite dénoncé une "tentative avortée d'assassinat" du chef de l'Etat. Alors que le pays "s'achemine d'heure en heure vers un coup de force militaire", le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a également dénoncé dans un communiqué "le saccage du domicile privé du chef de l'Etat" et "la tentative d'assassinat d'un ministre" dont il ne précise pas le nom. Le MPP dénonce aussi l'"encerclement" du palais présidentiel de Kosyam "par un groupe d'hommes armés et cagoulés", et "l'occupation de la radio et télévision nationale" à Ouagadougou.

Des militaires en colère 

"Nous voulons des moyens adaptés à la lutte" anti-jihadiste "et des effectifs conséquents", ainsi que le "remplacement" des plus hauts gradés de l'armée nationale, a affirmé dans un enregistrement sonore parvenu à l'AFP un militaire de la caserne Sangoulé Lamizana, sous couvert de l'anonymat. Il a en outre souhaité "une meilleure prise en charge des blessés" lors des attaques et des combats avec les jihadistes, ainsi que "des familles des défunts". Le dénuement dans lequel semblent se trouver les soldats burkinabè fait écho à la situation décrite par les soldats maliens au nord de leur pays, également occupé par les jihadistes, et qui a conduit à un coup d'Etat dans ce pays en 2012.  

Autre élément de mécontentement pour l'armée burkinabè qui aurait pu justifier ce coup de force : la récente arrestation du lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana. "En rappel, cet officier supérieur, dont on dit à tort ou à raison, qu’il est aimé des troupes et qui commandait les forces anti-terroristes dans le front Nord, vient d’être arrêté pour soupçon de coup d’Etat", soulignait dans un article le journal burkinabè Le Pays. L'ancien chef de corps du 12e régiment d'infanterie commando du Burkina Faso a été mis aux arrêts alors qu'il attendait, à Ouagadougou,  une nouvelle affectation. Basé à Ouahigouya, chef-lieu de la région du Nord, le lieutenant-colonel Zoungrana, âgé de 41 ans, avait quitté son dernier poste le 21 décembre. Il était commandant du groupement des forces du secteur Ouest, engagées dans la lutte antiterroriste. L'officier avait été décoré pour ses faits d'armes, notamment pour avoir repris des localités assiégées.

Ils annoncent avoir pris le pouvoir

Lundi soir, des militaires en uniforme ont ensuite annoncé à la télévision nationale avoir pris le pouvoir, s'engageant au "retour à un ordre constitutionnel" dans "un délai raisonnable". Lisant un communiqué signé du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) qui assure désormais le pouvoir, un capitaine a également annoncé la fermeture des frontières à compter de minuit, la dissolution du gouvernement et de l'Assemblée nationale, ainsi que la suspension de la Constitution.

Des condamnations de la communauté internationale

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a "condamné fermement" dans un communiqué ce qu'il a qualifié de "coup d'Etat" militaire, appelant les auteurs "à déposer les armes" et à protéger "l'intégrité physique" du président Roch Marc Kaboré. Les Etats-Unis ont également appelé à la "libération immédiate" du président et à "respecter la Constitution" et "les dirigeants civils" du pays. "Nous exhortons toutes les parties, dans cette situation mouvante, à maintenir le calme et à rechercher le dialogue pour résoudre leurs griefs", a dit un porte-parole de la diplomatie américaine. 

"Dans ce moment d'incertitude, l'Union européenne reste attentive à l'évolution de la situation, en appelant tous les acteurs au calme et à la retenue. Elle appelle également à ce que la liberté du Président Kaboré et des membres des institutions de l'Etat soit immédiatement rétablie", a également commenté le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, dans un communiqué.

Des citoyens excédés par l'insécurité 

Au pouvoir depuis 2015, Roch Marc Christian Kaboré a été réélu en 2020 sur la promesse de faire de la lutte anti-jihadiste sa priorité. Un défi qu'il n'aurait pas relevé selon les Burkinabè qui manifestent depuis plusieurs semaines. La formation d'un nouveau gouvernement en décembre dernier n'aura rien changé au mécontentement général. Outre les accusations d'une partie de la population qui le trouve "incapable" de contrer les groupes terroristes, plusieurs partis d'opposition étaient montés au créneau pour demander son départ en raison d'une gestion du pays décrite par certains, peut-on lire sur Le Faso.net, comme "calamiteuse". Tout au long de la journée du 23 janvier, des manifestants ont apporté leur soutien aux mutins et ont dressé des barrages de fortune dans plusieurs avenues de la capitale, avant d'être dispersés par la police, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La veille, des incidents avaient éclaté à Ouagadougou et dans d'autres villes du Burkina Faso entre les forces de l'ordre et des manifestants qui ont bravé une nouvelle fois l'interdiction de se rassembler pour protester contre l'impuissance des autorités face à la violence jihadiste.  

Un "effet de contagion"

La tentative de coup d'Etat que connaît le Burkina Faso était au cœur de rumeurs persistantes depuis plusieurs semaines. La restriction récente de Facebook via les données mobiles, expliquée pour des raisons sécuritaires par le pouvoir, la coupure de l'internet mobile plus généralement et les difficultés pour joindre le Burkina ces derniers jours semblent avoir été des signes avant-coureurs d'une situation politique qui se détériorait.

Ce 24 janvier, comme a pu le constater franceinfo Afrique, il est toujours difficile de joindre quelqu'un au Burkina Faso. Les conversations sont souvent inaudibles. Après le Mali et la Guinée, "un troisième coup d'Etat réussi en Afrique de l'Ouest compliquerait la tâche pour la Cédéao et les dirigeants ouest-africains, car il pourrait y avoir un effet de contagion", a confié à franceinfo le Guinéen Issaka Souaréexpert international sur les questions de paix, de sécurité et de gouvernance et enseignant à l'université Général Lansana Conté.

Dans un communiqué publié le 23 janvier, la Cédéao avait souligné qu'elle suivait "avec une grande préoccupation" la situation au Burkina Faso, avait réaffirmé son soutien au président Kaboré et avait "(appelé) au calme" tout en invitant les militaires à demeurer "dans une posture républicaine". L'organisation sous-régionale, qui a pris des sanctions décriées contre le Mali où les putschistes souhaitent une transition de cinq ans, s'est dotée d'instruments pour en finir avec les coups d'Etats, récurrents dans la région dans les années 70-80.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.