Burkina Faso : des militaires annoncent à la télévision avoir pris le pouvoir, s'engageant au "retour à un ordre constitutionnel" dans "un délai raisonnable"

"Le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) a décidé d'assumer ses responsabilités", a déclaré un militaire lundi lors d'une allocution à la télévision. Ce direct est terminé.

Au Burkina Faso, des militaires annoncent à la télévision avoir pris le pouvoir, le 24 janvier 2022.
Au Burkina Faso, des militaires annoncent à la télévision avoir pris le pouvoir, le 24 janvier 2022. (RTB)
Ce qu'il faut savoir

Au Burkina Faso, des militaires ont annoncé la dissolution du gouvernement et la fermeture des frontières, lors d'une allocution télévisée lundi 24 janvier. Lisant un communiqué signé du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) qui assure désormais le pouvoir, un capitaine a également annoncé la fermeture des frontières à compter de minuit, la dissolution du gouvernement et de l'Assemblée nationale, ainsi que la suspension de la Constitution. Ils se sont engagés au "retour à un ordre constitutionnel" dans "un délai raisonnable". Le chef de l'ONU a rapidement condamné "fermement" le "coup d'Etat". Ce direct est désormais terminé, retrouvez plus d'actualité sur ce sujet demain sur franceinfo.fr.

Le sort du président interroge. Dans un communiqué, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) écrit qu'elle "tient les militaires responsables de l'intégrité physique" de Roch Marc Christian Kaboré, sous-entendant qu'il est détenu par les militaires, ce qu'affirment deux sources sécuritaires anonymes à l'AFP. Mais une source gouvernementale assure de son côté qu'il a pu être "exfiltré" de justesse cette nuit. Et un message a été posté sur son compte Twitter à la mi-journée, sans que son authenticité soit vérifiable : il y "invite ceux qui ont pris les armes à les déposer dans l'intérêt Supérieur de la Nation".

Une "tentative avortée d'assassinat". Le parti du président, Roch Marc Christian Kaboré, a dénoncé une "tentative avortée d'assassinat" du chef de l'Etat. Alors que le pays "s'achemine d'heure en heure vers un coup de force militaire", le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) dénonce également dans un communiqué "le saccage du domicile privé du chef de l'Etat" et "la tentative d'assassinat d'un ministre" dont il ne précise pas le nom. Le MPP dénonce aussi l'"encerclement" du palais présidentiel de Kosyam "par un groupe d'hommes armés et cagoulés", et "l'occupation de la radio et télévision nationale" à Ouagadougou.

 La France avertit ses ressortissants. "Nous avons appelé nos ressortissants à la prudence et à éviter tout déplacement", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères français, lundi à la mi-journée. "La France suit avec la plus grande attention les événements en cours".

Mutineries dans plusieurs casernes. Des soldats se sont rebellés dimanche dans plusieurs casernes du Burkina Faso pour réclamer le départ des chefs de l'armée et des "moyens adaptés" à la lutte contre les jihadistes qui frappent ce pays depuis 2015.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BURKINA_FASO

18h58 : Ce capitaine de l'armée assure que "les opérations se sont déroulées sans effusion de sang et sans aucune violence physique pour les personnes arrêtées". Celles-ci sont retenues "dans un lieu sûr et le respect de leur dignité" , a-t-il ajouté, sans citer nommément le président Roch Marc Christian Kaboré.

18h54 : "Le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) a décidé d'assumer ses responsabilités", a déclaré le capitaine Sidsoré Kader Ouedraogo, entouré par des hommes en tenue militaire. Cette décision de renverser le pouvoir a été "prise dans le seul but de permettre à notre pays de se remettre dans le bon chemin."





RTB

18h52 : Les putschistes annoncent la dissolution du gouvernement et la fermeture des frontières, dans une allocution télévisée.

18h36 : Les Etats-Unis demandent à l'armée du Burkina Faso la "libération immédiate" du président Roch Marc Christian Kaboré, a déclaré un porte-parole de la diplomatie. Washington appelle également au respect de "la Constitution" et des "dirigeants civils" du pays.

18h28 : Le MPP dénonce également l'"encerclement" du palais présidentiel de Kosyam "par un groupe d'hommes armés et cagoulés", et "l'occupation de la radio et télévision nationale" à Ouagadougou. Sur place, la situation est toujours confuse. On ne sait toujours pas ce qui est arrivé au président Kaboré, même si certaines sources évoquent son arrestation.

18h28 : Le parti du président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, affirme que le président de la République a fait l'objet d'une "tentative avortée d'assassinat", dans un communiqué. Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) dénonce également "le saccage du domicile privé du chef de l'Etat" et "la tentative d'assassinat d'un ministre", sans préciser son nom.



18h15 : Il est 18 heures, faisons un point sur l'actualité de la journée :

• Le pass vaccinal entre en vigueur aujourd'hui, remplaçant ainsi le pass sanitaire dans la plupart des lieux où il était demandé. Critères pour l'obtenir, lieux où il est requis et exceptions, contrôles et sanctions… Franceinfo répond à sept questions sur l'entrée en vigueur de cette nouvelle mesure.

• Les Etats-Unis étudient l'envoi de plusieurs milliers de militaires de l'Otan dans les pays baltes et d'Europe orientale face aux risques d'une invasion russe en Ukraine, rapportent les médias américains.


• Le parti du président du Burkina Faso, Roch Marc Kaboré, dénonce une "tentative avortée d'assassinat" du chef de l'Etat, dont le sort restait peu clair après la mutinerie de soldats dans plusieurs casernes du pays. Voici ce qu'il faut savoir de cette tentative de coup d'Etat.

16h10 : Il est l'heure du goûter ! Mais aussi de faire un point sur l'actualité :

• Un homme muni d'une arme à feu a fait plusieurs blessés dans un amphithéâtre de l'université de Heidelberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, avant d'être retrouvé mort. La police a précisé qu'elle n'avait "pas connaissance d'une lettre de revendication", tout en appelant l'opinion publique à éviter les spéculations.


• L'inquiétude monte au sujet de l'Ukraine et des intentions de la Russie. Le ministère des Affaires étrangères français recommande "de différer les déplacements sans caractère indispensable ou urgent" dans le pays et de ne pas se rendre dans les zones frontalières dans le nord et l'est du pays. Suivez notre direct.


• Les Etats d'Afrique de l'Ouest suivent "avec une grande préoccupation" l'évolution de la situation au Burkina Faso, "caractérisée" depuis hier "par une tentative de coup d'Etat", ont-ils écrit dans un communiqué. Voici ce qu'il faut savoir de la situation sur place.


• Lors de son déplacement dans la Creuse, Emmanuel Macron a assuré qu'il n'avait "jamais dit" qu'il souhaitait "augmenter l'inscription à l'université".

14h11 : La France appelle ses ressortissants à éviter tout déplacement au Burkina Faso, où le président a été arrêté au lendemain de mutineries. "Nous sommes particulièrement attentifs à la protection de la communauté française", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

12h34 : Il est midi, c'est donc l'heure de faire un nouveau point sur l'actualité.

• Le pass vaccinal entre en vigueur aujourd'hui et remplace le pass sanitaire. Il devient obligatoire pour les personnes de plus de 16 ans souhaitant se rendre au restaurant, aller voir un spectacle ou prendre le train.

•Des soldats ont pris position devant la télévision nationale à Ougadougou, la capitale du pays africain, selon un journaliste de l'AFP. Hier, des mutineries ont eu lieu dans des centaines de casernes du pays.


• Les pays de l'Otan ont placé des forces en attente et envoyé des navires et des avions de combat pour renforcer leur défense en Europe de l'Est. LesEtats-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé le retrait de personnels de son ambassade à Kiev face à la "menace croissante" de la Russie.


• Le couturier français Thierry Mugler est décédé hier à 73 ans de "mort naturelle", Il avait régné sur la mode des années 1980 et continuait de ravir des stars internationales avec ses tenues spectaculaires aux silhouettes marquées.

11h13 : La situation est confuse au Burkina Faso, où des soldats ont pris position devant la télévision nationale à Ougadougou, la capitale, selon un journaliste de l'AFP. Hier, des mutineries ont eu lieu dans des centaines de casernes du pays. Le pays africain, qui a connu par le passé plusieurs coups d'Etat et tentatives de putsch, est présidé par Roch Marc Christian Kaboré depuis 2015.