République démocratique du Congo : la rumba congolaise s'offre "un musée" à Kinshasa

Un espace public est dédié à cet art multiple né en Afrique.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée de la villa de l'artiste congolais Papa Wemba à Kinshasa transformée en musée de la rumba.  (JUNIOR KANNAH / AFP)

Après la disparation de l’artiste Papa Wemba, le gouvernement congolais a décidé de racheter sa principale résidence de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, pour immortaliser la rumba, devenue un patrimoine national.

La rumba se visite

Six ans après la mort du roi de la rumba congolaise, sa maison est devenue "un musée". Les visiteurs peuvent y découvrir des objets ayant appartenu à Papa Wemba, comme sa collection de chapeaux ou bien encore ses instruments de musique.

La villa de l’artiste sera surtout un lieu qui "raconte la rumba congolaise", selon la ministre de la Culture Catherine Kathungu. Photos d’archives, chansons, musique, vidéos, studio d’enregistrement…Tout sera réuni sous un même toit dans cette maison de la culture pour sublimer la rumba devenu un patrimoine culturel précieux.

Une fierté congolaise

La rumba congolaise qui a résonné en Afrique et dans le monde a été inscrite en décembre 2021 sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l'Unesco. Ce n’est pas seulement une musique mais un art multiple comprenant la danse et même un style vestimentaire avec la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes). Née dans l’ancien royaume du Kongo il y a plusieurs siècles, cette musique s’est répandue aux Antilles, à Cuba et en Amérique lors de la traite négrière.

La rumba est aujourd’hui au cœur de la vie congolaise. Mariages, soirées, chants religieux, fête nationale. La rumba est plus qu’un art, c’est une identité nationale et une fierté sur les deux rives du fleuve Congo.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers République démocratique du Congo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.